Économie – Social

La ligne aérienne Périgueux-Paris vivra (au moins) jusqu'à fin 2017

Par Antoine Balandra, France Bleu Périgord jeudi 20 octobre 2016 à 19:25

L'avion de Twin Jet
L'avion de Twin Jet © Radio France - Antoine Balandra

La ligne aérienne Périgueux Paris vivra au moins jusqu'à décembre 2017. C'est ce que voudraient en tout cas les élus qui financent l'abyssal déficit de la ligne qui tourne autour de 1 million 300 mille euros cette année. Pour la suite, toutes les options sont sur la table

La ligne aérienne Périgueux Paris va continuer à fonctionner au moins jusqu'en décembre 2017. C'est ce qui ressort d'une réunion ce jeudi entre les principales collectivités qui financent le déficit.

Car la ligne souffre d'un énorme déficit. 1 million 300 mille euros en 2016 dont les collectivités doivent se partager la financement. Ce jeudi les représentants du Grand Périgueux, de la CAB (agglo de Bergerac), de la CCI, de la région et du département se sont donc réunis au siège de l'agglo périgourdine.

Un consensus a donc été trouvé pour faire vivre la ligne jusqu'à fin décembre 2017. Ensuite, un "appel d'offre" sera relancé pour récolter des devis pour une nouvelle délégation de service public. Et voir s'il est opportun de prolonger l'exploitation de la ligne.

Car elle est peu empruntée: 5600 passagers environ l'an dernier. 6 personnes prennent place en moyenne à chaque voyage dans l'avion de 19 places. Les billets sont eux totalement inaccessibles pour le commun des mortels. Entre 295 et 530 euros l'aller retour.

Ligne utile pour les patrons et pour l'économie ?

Alors la ligne vivra au moins jusqu'en décembre 2017. Après, et bien on verra disent les élus. Germinal Peiro, le patron du département est favorable à un nouvel appel d'offre l'année prochaine. Mais pour lui l'avenir de la ligne doit dépendre de la desserte qui sera proposée par la SNCF entre la Dordogne et la future ligne TGV Paris. Bordeaux. Jacques Auzou lui semble un peu plus attaché à la desserte aérienne.

Jacques Auzou justifie le maintien de la ligne pour l'instant

Le président communiste du Grand Périgueux paye chaque année 750 mille euros pour mettre la ligne sous perfusion. Mais pour lui, il en va de l'intérêt économique de l'agglo. Car cette ligne est importante dit-il pour les chefs d'entreprises périgourdins. Et puis "Lascaux 4 sera inauguré en décembre" rappelle Jacques Auzou qui imagine mal supprimer la ligne à ce moment là. Reste à savoir si au prix du billet, des familles utiliseront l'avion pour se rendre à Montignac.

L'agglo de Périgueux négocierait en ce moment avec Jean-Marc Janaillac, le nouveau patron (périgourdin) d'Air France pour éventuellement ouvrir une ligne via la compagnie HOP! d'Air France.

Partager sur :