Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La ligne électrique de tous les records inaugurée entre la France et l'Espagne

jeudi 19 février 2015 à 16:20 Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon

Les deux premiers ministres Manuel Valls et Mariano Rajoy se retrouvent ce vendredi dans les Pyrénées-Orientales pour inaugurer cette ligne à très haute tension. Une THT dont les Catalans ont obtenu l'enfouissement de haute lutte. Côté technique, les caractéristiques de cette ligne sont impressionnantes.

Travaux de la THT France-Espagne
Travaux de la THT France-Espagne © MaxPPP

C'est la ligne électrique de tous les records qui est inaugurée ce vendredi matin entre la France et l'Espagne. Et pour l'occasion, les deux premiers ministres Manuel Valls et Mariano Rajoy se retrouvent pour une cérémonie à Montesquieu-des-Albères (Pyrénées-Orientales). C'est là que débute le tunnel qui fait passer les câbles sous la montagne vers l'Espagne.

Avec 2.000 mégawatts , cette ligne THT équivaut à deux réacteurs nucléaires. A elle seule, la structure permet de doubler la capacité d'échanges entre les deux pays. Car cette ligne marchera dans les deux sens : d'un côté la France, avec son parc nucléaire. De l'autre, l'Espagne, très branchée sur les énergies renouvelables, notamment le solaire.

Et puis la consommation est différente dans les deux pays. En France le pic, c'est plutôt l'hiver, après 19h, pour le chauffage. En Espagne, c'est l'été, en début d'après-midi, pour faire tourner les climatiseurs. Bref, une ligne très complémentaire et utile, alors que l'électricité ne se stocke pas.

Pour construire tout ça, il fallu trois ans de travaux. Un tunnel de près de 9 km sous les Albères, collé à celui du TGV, et des tranchées couvertes de part et d'autre. En tout : 65 km de câbles de Baixas à Santa-Llogaia au sud de Figuères. Jamais on n'avait enfoui une ligne sur une telle distance. C'est même un triple record : longueur, puissance et tension.

Un enfouissement obtenu de haute lutte par les habitants des Pyrénées-Orientales

L'enfouissement a coûté 700 millions d'euros, huit fois plus cher qu'une ligne aérienne classique. Mais c'est le prix pour épargner les paysages des Pyrénées-Orientales. D'ailleurs, l'enterrement de la ligne a été obtenue après six ans de combats, avec en point d'orgue le 1er mars 2008. Ce jour là, 15.000 personnes manifestent à Perpignan : associations, élus de tous bord, catalans du nord et du sud réunis. Pour les opposants, pas question de balafrer la montagne. On parle du Vallespir, des Albères... le combat dure depuis le début des années 2000.

Mais petit à petit, à force de mobilisation, le discours de l'Etat change. Le ministre de l'écologie Jean-Louis Borloo ouvre d'autres voies, et un médiateur européen est nommé : Mario Monti. L'Italien vient plusieurs fois à Perpignan et réussit à faire baisser la tension.

En 2008, Mario Monti, le médiateur européen, fait bouger la ligne

Pour faire avaler la THT, il réussit à faire accepter l'enfouissement. Un moindre mal pour les opposants les plus farouches. Pour le tracé, on ne sait pas encore : sous terre, ou sous la mer. Finalement on limite l'impact au maximum, avec un tunnel parallèle à celui du TGV, et des tranchées couvertes de part et d'autres. Le projet aérien est bel et bien enterré. La ligne sera mise en service d'ici l'été 2015.

La ligne THT franco-espagnole - Aucun(e)
La ligne THT franco-espagnole