Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Une portion de la ligne TGV franco-espagnole placée en liquidation judiciaire

jeudi 15 septembre 2016 à 12:39 Par Mathieu Ferri, France Bleu Roussillon et France Bleu

Plombé financièrement, le concessionnaire d'une portion de la ligne à grande vitesse Paris-Perpignan-Barcelone a été mis en liquidation ce jeudi matin par le tribunal de commerce de Gérone. Les États français et espagnols devraient reprendre l'ardoise et continuer la gestion.

Le tunnel TGV sous les Albères
Le tunnel TGV sous les Albères © Maxppp - Philippe Rouah

Le Perthus, France

C'était dans l'air depuis des mois. Maintes fois reportée, la décision est tombée ce jeudi matin au tribunal de commerce de Gérone : le consortium franco-espagnol TP Ferro a été placé en liquidation judiciaire, car il n'a pas pu renégocier sa dette de 557,2 millions d'euros.

Ce consortium, formé par le groupe français Eiffage et la société espagnole ACS, gère l'exploitation de la ligne TGV entre Perpignan et Figuères. Une portion transfrontalière entre la France et l'Espagne comportant notamment le tunnel ferroviaire du Perthus, sous les Albères.

TP Ferro a toujours mis en avant le manque de rentabilité de la ligne, faute de trains, en insistant sur le fait que le nombre de passages par jour (frêt et marchandises) n'était pas conforme aux prévisions faites lors de la construction de la ligne.

Le directeur général de TP Ferro, Petros Papaghiannakis, assure que "tout a été fait" depuis plus de deux ans pour éviter la faillite.

Les États français et espagnols devraient désormais reprendre la gestion du tunnel, pour continuer à assurer le trafic.