Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La loi Alimentation est "un échec", un système "perdant perdant" selon une étude

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Censée permettre de mieux rémunérer les agriculteurs, la loi alimentation n'a réussi qu'à faire grimper les prix en rayons, dénonce dans une étude publiée vendredi l'UFC-Que Choisir et la Confédération paysanne. Les supermarchés et les industriels ont même augmenté leurs marges.

La loi Alimentation est un échec, dénoncent l'UFC-Que Choisir et la Confédération paysanne
La loi Alimentation est un échec, dénoncent l'UFC-Que Choisir et la Confédération paysanne © Maxppp - Jean-François FREY

"Prix agricoles en berne et inflation en rayon", la loi Alimentation est "un échec", dénoncent l'UFC-Que Choisir et la Confédération paysanne. dans une étude publiée vendredi.

Les prix en rayons ont augmenté

Cette loi devait permettre de revaloriser le revenu des agriculteurs sans peser sur le consommateur grâce à l'augmentation du seuil de revente à perte (SRP). Mais le relèvement de ce seuil se traduit essentiellement par une hausse de 1,6 milliard d'euros pour le consommateur.

Lors de l'entrée en vigueur de la mesure, les prix alimentaires ont augmenté de 0,83% en un mois, particulièrement dans les hypermarchés et sur les produits de grandes marques.    

Supermarchés et industriels margent toujours plus

La baisse promise des marges de l'industrie et de la distribution n'a pas eu lieu. Au contraire. Elles ont encore progressé plus fortement que les prix agricoles, entraînant une inflation supplémentaire injustifiée pour les consommateurs.    

Les agriculteurs toujours payés en dessous des coûts de revient

Le rééquilibrage des négociations commerciales en partant des prix de revient n'a jamais été mis en place. La Confédération paysanne a constaté sur le terrain que les coûts de production calculés par les organisations de producteurs n'ont jamais été pris en compte par la distribution ou l’industrie. 

Les producteurs ont subi au contraire un durcissement des négociations qui s'est traduit pour certaines productions, par des prix d’achat encore en-dessous des coûts de revient. Résultat, le lait de vache est acheté 15 % en dessous du prix de production et la viande 14 %.    

Le gouvernement doit revoir sa copie

L'UFC-Que Choisir et la Confédération paysanne demandent au gouvernement l'abandon immédiat du relèvement du seuil de revente à perte, une transparence totale sur les marges des industriels et des enseignes de la grande distribution, la mise en oeuvre effective du rééquilibrage des négociations commerciales et un dispositif pour déterminer des prix agricoles rémunérateurs.      

Choix de la station

France Bleu