Économie – Social

La Loire organise l'accueil des réfugiés

Par Léo Tescher, France Bleu Saint-Étienne Loire lundi 28 septembre 2015 à 20:44

Présentation du plan d'accueil des réfugiés devant les maires volontaires.
Présentation du plan d'accueil des réfugiés devant les maires volontaires. © Radio France - Léo Tescher

La préfecture de la Loire invitait ce mardi 28 septembre les maires volontaires pour discuter des modalités d'accueil des réfugiés. Dans les prochaines semaines, ils seront déjà 90 à venir s'installer dans le département.

Une centaine d'élus ont fait le déplacement. Tous volontaires pour l'accueil de réfugiés, ils écoutent attentivement l'exposé des services de l’État. 90 personnes ne vont pas tarder à arriver dans le départements. Des dizaines d'autres suivront pour respecter l'engagement de la France : accueillir 30.000 réfugiés en deux ans.

Quels logements mettre à disposition, vers quels organismes les diriger, comment faire tomber la barrière de la langue... Voilà le genre de questions posées par les maires.

Beaucoup de questions posées par les maires volontaires.

La préfecture de la Loire a prévu une cellule de coordination de ce plan d'accueil des réfugiés. Autour de la table, l'Education Nationale, la Cohésion Sociale, l'Agence Régionale de la Santé... mais aussi les associations facilitatrices d'insertion, les différents cultes religieux, et puis les organismes de logement sociaux. Le préfet a d'ailleurs identifié 2.100 appartements vacants dans le département. Largement suffisant pour ces 90 premiers arrivants.

Stéphane Heyraud, le maire de Bourg-Argental semble maintenant savoir où il va :

«La vacance de certains logements sociaux, c'est une chose. Mais à coté, il y a tout une palette d'accompagnement social à mettre en place : des questions de scolarité, des questions de déplacement, d'accès aux soins... On a eu un certain nombre de réponse qu'il faut maintenant mettre en œuvre à notre niveau. »

Stéphane Heyraud, maire de Bourg-Argental.

Les premiers réfugiés peuvent arriver d'ici un mois selon le coordinateur du plan d'accueil. Les services de l’État, et ses intermédiaires, s'engagent à passer tous les 15 jours dans les communes qui accueilleront des réfugiés pour faire le point.