Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La mairie de Bordeaux met à disposition un bâtiment pour les familles évacuées du squat de Brazza

-
Par , France Bleu Gironde

Alertée par des associations de maraude de la présence de 150 personnes dans un ancien entrepôt potentiellement dangereux quai des Queyries, la mairie de Bordeaux a mis à disposition samedi 3 octobre un bâtiment vide pour ces familles, en majorité bulgares, évacuées vendredi du squat de Brazza.

Les caravanes attendent d'être évacuées, en haut de la rue Lajaunie.
Les caravanes attendent d'être évacuées, en haut de la rue Lajaunie. © Radio France - Thomas Coignac

Ce sont les associations de maraudes qui ont alerté le maire de Bordeaux samedi 3 octobre : de nombreuses familles bulgares ont trouvé refuge dans un ancien entrepôt après avoir été évacuées vendredi du squat de Brazza par la préfecture. Environ 150 personnes et 40 caravanes se sont ainsi installées sur le site de l’entrepôt « Borifer », quai des Queyries. Sauf que ce site laissé à l'abandon depuis la liquidation de Borifer est pollué et dangereux : un rapport de l'Ademe en 2014 faisait déjà état d'un site "non sécurisé, parsemé de déchets divers, dont certains dangereux. Parmi ces pollutions : solvants, peintures, plomb, hydrocarbures, limaille de fer, mais aussi zinc, plomb, benzène, toluène, HAP, plusieurs toxiques dont certains cancérigènes" selon le communiqué de la mairie de Bordeaux.

Pierre Hurmic s'est rendu sur place samedi en fin de journée et la mairie ainsi que la Métropole ont trouvé une solution temporaire : un entrepôt vide appartenant à Bordeaux métropole, quai de Brazza, a été mis à disposition des familles. Le CCAS de Bordeaux a ensuite distribué des couvertures et de l’eau. La mairie annonce par ailleurs que plusieurs services du CCAS, du GIP Médiation et la mission squat de Bordeaux métropole recherchent des solutions plus pérennes. Des associations ont également lancé un appel aux dons, comme le rapport le journal Sud Ouest.

La mairie et la métropole cherchent des solutions plus pérennes

Vendredi, la préfecture a évacué le squat de Brazza, rue Lajaunie, le plus important de la Métropole. 150 personnes s'y trouvaient selon la préfecture, 400 selon Médecins du Monde. La plupart vivait de façon sédentaire dans des caravanes. La préfecture avait annoncé une centaine de places d'hébergement pour les personnes vulnérables, 29 personnes en avaient fait la demande selon les services d'Etat. 

Dans un communiqué publié ce vendredi soir, la mairie de Bordeaux évaluait le nombre de squatteurs à 300. Elle s'est montrée très critique de l'action préfectorale en termes de relogement : "Les solutions proposées par l’Etat ne sont pas de nature à répondre aux besoins des populations à la rencontre desquelles les services et les élus de la Ville sont allés tout au long de la journée", indiquait le communiqué de la Ville.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess