Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La mairie de Bourges offre des bons cadeaux à 500 étudiants précaires

-
Par , France Bleu Berry

Ces chèques cadeaux étaient initialement destinés aux seniors en fin d'année dernière. Ils n'avaient pas trouvé preneurs.

La maire Yann Galut en discussion avec la directrice de l'épicerie sociale étudiante Esope
La maire Yann Galut en discussion avec la directrice de l'épicerie sociale étudiante Esope © Radio France - Sarah Tuchscherer

Rien ne se perd, tout se transforme. Ce pourrait être la devise de la mairie de Bourges pour cette opération de distribution de chèques cadeaux à des étudiants précaires. Ces chèques de 25 euros à utiliser dans les commerces de la ville avaient été commandés en fin d'année dernière, à destination des seniors. Mais après cette première distribution, il en restait 500 qui n'avaient pas trouvé preneurs. L'idée est donc venue à la maire-adjointe déléguée à l'action sociale, Nadia Nezlioui, d'en faire bénéficier les étudiants : "J'ai moi-même un fils étudiant, explique-t-elle, je sais qu'ils souffrent avec la crise sanitaire".

Pour identifier les étudiants les plus précaires, la mairie a fait appel à l'épicerie sociale Esope
Pour identifier les étudiants les plus précaires, la mairie a fait appel à l'épicerie sociale Esope © Radio France - Sarah Tuchscherer

Zéro euro à la fin du mois

La distribution a commencé ce lundi à l'épicerie sociale Esope, qui aide toute l'année 900 jeunes en précarité. La mairie a fait appel à ses responsables pour identifier ceux qui en ont le plus besoin. La directrice, Inès Rouet, raconte comment la liste a été constituée : "la moitié des jeunes que nous recevons ont un reste à vivre, c'est-à-dire la différence entre ce qu'ils dépensent et ce qu'ils reçoivent, inférieur à 10 euros à la fin du mois. Ce sont eux qui seront aidés en priorité"

Fidéline, venue faire ses courses à l'épicerie, a été la première à recevoir son chèque. Après avoir chaleureusement remercié le maire, Yann Galut, elle précise qu'elle n'arrive pas à trouver de job étudiant à cause de la crise sanitaire, et que c'est grâce à l'épicerie qu'elle s'en sort pour acheter à manger. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess