Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La mairie de Die occupée par des militants d'extrême gauche en soutien à Notre-Dame-des-Landes

mercredi 11 avril 2018 à 17:41 Par Elodie Vergelati, France Bleu Drôme Ardèche

La mairie de Die est occupée depuis mercredi 12h par des militants de Nuit Debout et d'autres mouvances d'extrême-gauche. 20 personnes à l'intérieur, une cinquantaine à l'extérieur du bâtiment. Une occupation pour soutenir les zadistes de Notre-Dame-des-Landes.

Occupation de la mairie de Die ce 11 avril
Occupation de la mairie de Die ce 11 avril - Capture écran site internet Ricochets

Die, France

La mairie de Die est occupée depuis mercredi midi par des militants de Nuit Debout et d'autres mouvances d'extrême-gauche. 20 personnes se trouvent à l'intérieur du bâtiment, une cinquantaine à l'extérieur. Une occupation pour soutenir les zadistes de Notre-Dame-des-Landes, mais aussi les cheminots, les étudiants ou encore les hôpitaux, comme l'expliquent certains militants sur leur groupe Facebook "Nuit debout Crest". L'ambiance reste bon enfant

Les militants ont déployé une banderole au premier étage de la mairie. Dans un communiqué publié sur internet, ils expliquent : "Ce lieu est la maison du peuple, c'est ici que nous sommes rassemblés pour apporter notre soutien à ceux qui résistent à Notre-Dame-des-Landes." Depuis trois jours, les gendarmes interviennent en Loire-Atlantique pour vider la ZAD de ses derniers opposants, retranchés derrières des barricades de fortune. 

À Die, les forces de l'ordre ne sont pas encore intervenues. Elles restent postées aux alentours, et observent la situation de près. 

Lundi soir, environ 150 personnes avaient manifesté à Die, devant la sous-préfecture, pour contester l'expulsion des zadistes à Notre-Dame-des-Landes.