Économie – Social

La Maison de l'Emploi de Charleville-Sedan met la clé sous la porte

Par Alexandre Blanc, France Bleu Champagne-Ardenne vendredi 4 novembre 2016 à 7:52

La Maison de l'Emploi de Charleville-Sedan
La Maison de l'Emploi de Charleville-Sedan © Radio France - Alexandre Blanc

La Maison de l'Emploi de Charleville-Sedan fermera ses portes d'ici la fin de l'année, faute de moyens financiers suffisants. Pour l'année 2017, l'Etat prévoyait de réduire sa subvention à néant.

La Maison de l'Emploi de Charleville-Sedan risque bien de licencier ! La structure fermera ses portes le 31 décembre prochain. Au printemps dernier déjà, la pérennité de la Maison de l'Emploi était menacée. Sur un budget global de 550 000 euros, l'Etat a réduit sa participation de 67 %. La dotation de 216 000 euros en 2015 a chuté à 80 000 cette année. Les courriers au ministère du Travail, les demandes de rendez-vous n'y ont rien changé. Pour 2017, l'Etat ne souhaite plus subventionner le fonctionnement de la structure, mais seulement les actions qu'elle porte. Trop aléatoire, aux yeux de l'association gestionnaire.

Deux des six salariés repris par Ardenne-Métropole

Sur les six salariés, deux postes doivent être repris par la communauté d'agglomération Ardenne-Métropole. La mission d'accompagnement des créateurs d'entreprise devrait donc survivre. Ces 11 derniers mois, elle a permis de lancer une quinzaine de sociétés. L'agglomération de Charleville-Sedan devrait également reprendre à son compte le travail mené pour obliger, dans le cadre de gros contrats publics, les entreprises à recourir à des salariés précaires, des travailleurs en insertion. C'est le cas pour la construction de l'autoroute A 304 par exemple. En 2015, 40 000 heures ont ainsi été travaillées dans ce cadre, l'équivalent de 97 emplois à temps plein.

D'autres missions risquent de ne pas survivre à la fermeture, comme l'accueil et l'information des demandeurs d'emploi. La Maison de l'Emploi avance pourtant ses bons résultats. En 2015, la moitié des seniors reçus l'an passé avait retrouvé une activité. Les deux-tiers des stagiaires de la formation aux métiers du batiment avait signé un contrat. Le Conseil régional du Grand-est a ,été sollicité pour intégrer à ses effectifs les deux salariés qui gère l'Espace Métier. La région n'a pas encore apporté de réponses car elle est justement en train de redéfinir sa politique d'accompagnement des demandeurs d'emploi, de l'harmoniser à l'échelle du Grand-Est. Le conseil régional n'a pas encore tranché sur le maintien des Espaces Métiers qui couvraient toute la Champagne-Ardenne.