Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Maison Solidaire a besoin d'aide pour continuer de loger correctement les mineurs isolés

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'accompagnement des mineurs isolés est menacé dans la Loire par la crise du coronavirus. L'association la Maison Solidaire qui leur vient en aide subit les effets des crises économiques et sanitaires.

Manifestation le 20 novembre 2020 à Paris pour alerter sur le sort des mineurs isolés etrangers.
Manifestation le 20 novembre 2020 à Paris pour alerter sur le sort des mineurs isolés etrangers. © Maxppp - Sébastien Muylaert

C'est l'association La Maison Solidaire qui coordonne l'accueil chez des hébergeurs bénévoles des mineurs qui n'ont pas de toit dans la Loire. Et elle est en difficulté autant humaine que financière explique son président Valentin Porte, qui précise que ceux que l'association accueille sont "en période de recours qui ont fait un premier examen de leur minorité qui n'a pas abouti et qui veulent aller voir un juge des enfants pour faire valoir des documents d'état-civil ou des informations complémentaires, en plus de celles fournies au département et qui n'ont pas permis de confirmé la minorité."

Invité : Valentin Porte de la Maison Solidaire

En attendant ces démarches, ils sont accueillis chez des bénévoles dont certains ont la santé fragile...

Ils ont parfois un certain âge ou ont des maladies chroniques qui ne leur ont pas permis à l'arrivée du virus de continuer à héberger, ce qui nous a mis dès le mois de mars en difficulté. Sur le premier confinement, tous les jeunes qui avaient un refus de minorité du département étaient également hébergés. Ce n'est pas le cas dans ce 2e confinement ce qui rajoute des difficultés à nos activités.

Certains hébergeurs prennent du recul pour des raisons financières ?

On ne nous en a pas fait part de cette façon là. Certains nous ont demandé plus de soutien sur le plan alimentaire par exemple. On peut le faire car nous profitons de dons alimentaires que les particuliers nous déposent. Nous avons aussi des chèques-service délivrés par la Fondation Abbé Pierre et qui nous permettent de soutenir ponctuellement les hébergeurs quand cela devient trop lourd à assumer.

Aujourd'hui clairement, si vous êtes sollicités par des nouveaux demandeurs, vous pouvez encore les aider comme vous le feriez idéalement ? 

Ce ne sera malheureusement pas aussi bien qu'on a pu le faire avant parce que l’hébergement actuellement chez des particuliers est saturé. Ce sera donc une mise à l'abri dans un hôtel quand on en a les moyens, pendant le temps que l'on pourra. Le suivi est moindre car nous sommes moins à leur côté et nous pouvons moins voir les difficultés dès l'arrivée sur un territoire qu'ils ne connaissent pas.

Comment vous aider ?

On recherche des gens prêts à s'engager auprès des jeunes en terme d'hébergement. Nous avons besoin de dons financiers pour payer les nuits d'hôtel quand le réseau n'arrive pas à tenir. Nous avons une page Facebook sur laquelle nous sommes réactifs. On peut également nous joindre sur lamaisonsolidaire42@gmail.com. Et surtout quand on parle des mineurs isolés, pour nous aider il ne faut pas tomber dans les clichés disant que ces jeunes sont des délinquants ou des terroristes.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess