Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La marque drômoise 1083 reprend la filature de son partenaire historique et sauve des emplois

vendredi 7 septembre 2018 à 20:29 Par Suzanne Shojaei, France Bleu Drôme Ardèche

Ça y est, c'est gagné ! La marque 1083 restera 100% made in France ! Installé à Romans-sur-Isère, dans la Drôme, le fabricant de jeans avait déposé une offre de reprise de l'un de ses partenaires historiques, le vosgien Valrupt Industries.

Avec cette reprise, le fabricant drômois restera 100% made in France.
Avec cette reprise, le fabricant drômois restera 100% made in France. © Radio France - Florence Gotschaux

Romans-sur-Isère, France

Six mois après le dépôt de bilan de Valrupt Industries, le tribunal de commerce de Paris a retenu ce vendredi l'offre de reprise par deux sociétés, Cote d'Amour et Modetic, cette dernière étant la marque de jeans 1083 basée dans la Drôme. Modetic travaille depuis ses débuts avec la filature, l'une des dernières en France. "Il fallait garder ce savoir-faire pour continuer de proposer à nos clients des jeans entièrement fabriqués en France, explique Thomas Huriez, le patron de 1083. C'est merveilleux de voir l'engagement de tous ces gens, les avocats, les clients, les employés." La reprise par ces deux sociétés permet de conserver 35 emplois dans la partie linge de maison, entre 30 et 34 dans la partie filature.

L'une des dernières filatures de coton en France

C'est aussi la fin d'un long combat de six mois pour le directeur tissage et filature de Valrupt Industries, Denis Heinrich. "On n'a pas arrêté ! Déposer des dossiers, chercher des investisseurs... On a eu très peur." Mais l'entreprise a pu compter sur les liens forts qu'elle entretenait avec la marque 1083 depuis cinq ans. "J'ai beaucoup aidé et conseillé Thomas Huriez, se souvient Denis Heinrich. Je pense qu'on a fait un sacré bout de chemin ensemble et il me renvoie l'ascenseur mais d'une manière bien plus importante."

Un peu plus de 30 emplois sont tout de même supprimés chez Valrupt Industries.