Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La menuiserie-marbrerie Mousset de Saint-Germain-de-Martigny "sur la bonne voie" pour la reprise d'activité

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Ce mardi à Alençon, quelque 200 personnes se sont donné rendez-vous devant le siège du Crédit mutuel à Alençon, pour soutenir la famille Mousset. La menuiserie-marbrerie du père, Jean-Paul, a été détruite par un incendie. Les salariés demandent une indemnisation suffisante pour repartir.

Au plus fort de l'après-midi, près de 200 personnes se sont réunies devant le siège alençonnais du Crédit mutuel pour soutenir la famille Mousset.
Au plus fort de l'après-midi, près de 200 personnes se sont réunies devant le siège alençonnais du Crédit mutuel pour soutenir la famille Mousset. © Radio France - Emeline Vin

Saint-Germain-de-Martigny, France

"On attend que quelque chose se débloque, c'était une entreprise qui marchait !" Chloé tire sur sa cigarette avec fébrilité. "On a des clients qui nous attendent, des commandes en cours..." Depuis l'incendie de la menuiserie, où elle travaille depuis près d'un an, la jeune femme n'a pas beaucoup dormi. Il y a eu la tristesse de voir l'entreprise détruite, la colère quand la banque-assurance a annoncé ne pas pouvoir indemniser l'entreprise suffisamment pour relancer l'activité, puis l'inquiétude quand le patron, Jean-Paul Mousset, 59 ans, s'est mis en grève de la faim. "Moralement, c'est difficile. Mais on est une famille, Jean-Paul n'a jamais été seul, on ne le lâchera jamais. Jamais." 

Une entreprise appréciée et respectée

Ce mardi, le chef d'entreprise a été hospitalisé, par prévention. Ses fils, à qui il devait céder sa société fin mai, rencontrent les cadres du Crédit mutuel dans l'après-midi. Depuis le sinistre, les soutiens se sont multipliés pour la famille : tous les salariés, qui ont poursuivi le travail même le week-end, des amis de la famille, des commerçants voisins qui savent que l'accident aurait pu leur arriver, avec les mêmes conséquences. "Jean-Paul [dont l'entreprise a une branche marbrerie et service funéraire] a assuré l'enterrement de mon père, avec une humanité et un professionnalisme que peu ont. Lui et ses hommes nous ont fait supporter l'insupportable, à nous maintenant de les soutenir", explique Aurélie, venue à la sortie des classes avec sa fille. 

La réunion a duré plus de quatre heures. Certains sont venus aux côtés des salariés depuis tôt le matin.  - Radio France
La réunion a duré plus de quatre heures. Certains sont venus aux côtés des salariés depuis tôt le matin. © Radio France - Emeline Vin

Le rassemblement se fait dans la bonne humeur et les plaisanteries, mais tous attendent le retour de Romain et Simon Mousset avec une pointe d'angoisse. La réunion a été déplacée au dernier moment à la préfecture de l'Orne. "Si c'est long, c'est bon signe, non ?" Une employée prend sa voiture pour aller acheter des baguettes, du pâté et du thé brûlant. Des couvertures et des chaises de camping sont sorties. 

Plus qu'un million d'euros à trouver

Il est 20 heures quand la silhouette des deux jeunes hommes et de leur mère Marie-Christine se dessine au bout de la rue. Ils ont les traits tirés, des larmes plein les yeux. Romain Mousset prend la parole d'un ton solennel : "Les discussions ont été parfois tendues. On a demandé deux suspensions de séance. Aujourd'hui, il ne nous manque plus qu'un million d'euros. La boîte n'est pas encore sauvée, mais on est en bonne voie." Les larmes coulent sur les joues, les applaudissements sont longs. "Merci à tous de votre mobilisation, d'être là depuis le début. C'est grâce à vous !

La jeune Chloé est tombée dans les bras de Magali, une autre employée. C'est le soulagement pour les vingt-huit collègues, "mais tout n'est pas fait. On va se battre, et on espère que ce n'est pas un espoir pour nous faire retomber encore plus bas. Demain, on sera au boulot." Une association sera créée dans les prochains jours pour réunir des fonds. Une réunion doit se tenir ce jeudi afin de trouver le million restant

Notre reportage avec les salariés de la menuiserie-marbrerie Mousset

Choix de la station

France Bleu