Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La métallurgie des Vosges manque de bras

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Comme dans le textile ou l'hôtellerie restauration, la métallurgie peine à recruter dans les Vosges. Aux questions de mobilité et d'hébergement dans le département, s'ajoute une mauvaise image de l'industrie auprès des jeunes. La métallurgie vosgienne emploie 7000 personnes.

réunion de l'UIMM à Remiremont en présence du préfet des Vosges Pierre Ory
réunion de l'UIMM à Remiremont en présence du préfet des Vosges Pierre Ory © Radio France - Hervé Toutain

Épinal, France

La métallurgie dans les Vosges, c'est plus de 200 entreprises petites et grandes et 7000 emplois. Un secteur qui est confronté aujourd'hui à un problème de recrutement.  Dans les cinq prochaines années de 500 à 1000 postes seront à pourvoir annuellement en raison notamment de départs à la retraite. Mais les candidats ne se bousculent pas. 

Un déficit d'image

Outre les questions de mobilité et d'hébergement propres au département, "les jeunes se détournent de l'industrie qui véhicule une image du passé" déplore Mickael Grivel.  Le président de l'Union des industries et métiers de la métallurgie dans les Vosges se bat pour faire connaître la filière dans les établissements scolaires et mène campagne auprès de Pôle emploi pour encourager la formation des futurs salariés. 

Une féminisation en retard

"La métallurgie emploie encore trop peu de femmes" regrette de son côté  Nathalie Vaxelaire membre du bureau de l'UIMM de Lorraine. C'est en partie le reflet du manque de femmes dans les études et les carrières d'ingénieurs souligne encore Nathalie Vaxelaire.