Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La métropole Nice-Côte d'Azur espère bénéficier du plan de relance pour financer de nombreux projets

-
Par , France Bleu Azur

Le maire de Nice et président de la métropole Nice-Côte d'Azur, Christian Estrosi, a détaillé ce mercredi soir ce qu'il attend du plan de relance de 100 milliards d'euros mis en oeuvre par le gouvernement. Il espère que notre territoire pourra en profiter pour soutenir divers secteurs de l'économie.

Le maire et de Nice et président de la Métropole Nice Côte d'Azur présente ses propositions dans le cadre du plan de relance aux côtés des acteurs économiques locaux
Le maire et de Nice et président de la Métropole Nice Côte d'Azur présente ses propositions dans le cadre du plan de relance aux côtés des acteurs économiques locaux - Métropole de Nice

"Quand je me rase le matin, en ce moment, je m'inquiète, mais quand je compare avec les autres collectivités, je me rassure, on a une longueur d'avance" a lancé Christian Estrosi, maire de Nice et président de la Métropole Nice-Côte d'Azur, lors de la présentation de ses propositions dans le cadre du plan de relance de 100 milliards d'euros entre 2020 et 2022 (financé à 40% par l'Union Européenne). Il espère que ce plan gouvernemental va bénéficier à l'échelon local et pourra aider à financer deux milliards d'euros d'investissements déjà programmés par la collectivité.

Il aimerait aussi que l'enveloppe de ce plan soit revue à la hausse et sait que "les élus qui auront des projets ficelés, seront les premiers servis" alors il s'est d'ores et déjà "entretenu avec les acteurs économiques du territoire et a pris les devants avec le gouvernement". Lors de la présentation de ses propositions, le président de la Métropole était entouré du président de l'Union patronale 06, de la fédération du BTP, du représentant de la fédération de l'hôtellerie et restauration, du président de la Chambre de commerce et d'industrie, de la fédération du commerce niçois. 

reportage

Christian Estrosi a rappelé les actions déjà mises en oeuvre pour aider à passer cette crise : 60 millions d'euros ont déjà été injectés en urgence par la métropole "pour soutenir les commerces, les entreprises, l'emploi". Cela concerne concrètement "la prise en charge des loyers des TPE, l'exonération des droits de terrasse, le fonds d'urgence CCI et Covid-résistance, les aides aux restaurants et débits de boissons, le report de la taxe de séjour, la gratuité des transports publics et de stationnement sur la voie publique."

Parmi les nouveaux dispositifs annoncés : le financement de programmes d'accompagnement pour 200 chefs d'entreprises d'ici la fin de l'année dans les secteurs du commerce, du tourisme de l'innovation en santé. 

Les critères définis par l'État "sont aussi les nôtres" 

Dans le cadre du plan de relance, les thématiques listées par l’État sont : la transformation écologique, le renforcement de la compétitivité, la politique culturelle et la cohésion sociale. "Sur ces différents sujets, nous allons déposer des dossiers auprès du préfet pour obtenir des avances remboursables ou des subventions" a prévenu le président de la métropole. 

  • Transformation écologique : modernisation de l'usine de valorisation énergétique, construction d'une déchetterie et d'un centre de tri à l'Ariane (estimée à 200 millions d'euros); modernisation de la station d'épuration Haliotis (300 millions), rénovation énergétique de bâtiments publics; mobilité durable avec le tramway, le plan vélo, bornes de recharge pour véhicules électriques, hydrogène vert (60 millions); renouveau agricole avec le projet du marché d'intérêt national
  • Compétitivité des entreprises : création du pôle entrepreneurial de Carros, pôle d'innovation industrielle, de services aux entreprises, de nouveaux espaces immobiliers (20 millions); travaux de remise aux normes du centre de formation des apprentis. 
  • Politique culturelle : Campus des métiers de l'audiovisuel à la Victorine (45 millions), plan musées pour rénover les musées Matisse, Chéret, le MAMAC (20 millions), nouvelle grande salle du théâtre de Nice et modernisation de l'opéra. 
  • Cohésion sociale : Ehpad du XXIe siècle à Nice Méridia (48 millions), requalification des rues Trachel, rue Reine-Jeanne, îlot Abbé Grégoire, reconnaissance du quartier des Liserons en opération d'intérêt national. 

Christian Estrosi a rappelé que "certains de ces projets sont déjà engagés", il souhaite qu'ils soient sécurisés par le plan de relance et même accélérés. Cependant il ne veut pas que le plan devienne un label pour des projets dont les financements sont déjà garantis par ailleurs. 

Le président de la métropole demande plus de souplesse et de temps

Christian Estrosi aimerait que le plan de relance finance des projets réalisables sur le long terme, et non seulement deux ans, comme c'est le cas pour le moment, et ce "pour être en adéquation avec la durée d'un mandat de maire, un plan de six ans serait plus cohérent". Le président de la métropole _s_ouhaite aussi que le gouvernement accorde un bonus aux collectivités qui augmenteront leurs investissements et que l’Etat s’appuie encore plus sur les maires. 

Le président de la métropole a aussi demandé au gouvernement de pouvoir utiliser l'argent du plan de relance pour financer le futur projet de parc des congrès et des expositions (estimé à 240 millions d'euros) pour soutenir le tourisme d'affaires. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess