Économie – Social

La mobilisation des taxis se poursuit malgré les annonces du gouvernement

Par Marina Cabiten, France Bleu mercredi 27 janvier 2016 à 7:19 Mis à jour le mercredi 27 janvier 2016 à 15:16

Les taxis à Paris
Les taxis à Paris © Maxppp

Les taxis manifestent à nouveau mercredi contre "les dérives" de leurs concurrents les voitures de transport avec chauffeur (VTC). Paris, Lille, Marseille, Toulouse, Bordeaux : plusieurs grandes villes sont concernées.

Le Premier ministre Manuel Valls a proposé mardi une concertation, confiée au député socialiste Laurent Grandguillaume. Mais cela n'a pas suffit. Les taxis, qui se sont mobilisés par milliers en France la veille contre la concurrence des VTC, ont maintenu des rassemblements dans la nuit de mardi à mercredi. Et mercredi, la mobilisation continue avec notamment des blocages d'aéroports et opérations escargots dans plusieurs villes.

Sous surveillance à Paris

Des chauffeurs de taxi ont ainsi passé la nuit dans leur voiture Porte Maillot et dans le secteur de Bercy à Paris. La Porte Maillot (ouest de la capitale) était toujours bloquée mercredi en milieu de matinée, tout comme l'accès à l'aéroport de Roissy ou les stations de taxis d'Orly. "On est déterminés. On ne bougera pas", a déclaré Ibrahima Sylla, de l'association Taxis de France. Selon la préfecture de police de Paris, 780 taxis sont mobilisés en région parisienne contre 2.000 mardi.

La situation à Paris en direct, avec France Bleu 107.1.

La mobilisation de mardi a donné lieu à plusieurs incidents et s'est soldée par un blessé et 24 interpellations en Ile-de-France. Mercredi après-midi, ils étaient encore neuf chauffeurs en garde à vue, tandis que sept autres avaient été déférés en justice avec pour l'un d'entre eux un jugement prévu dans la foulée en comparution immédiate.

Circulation difficile à Lille, Marseille et Toulouse

Les taxis sont également mobilisés dans d'autres villes, comme Lille, Toulouse ou Marseille. Ils y bloquent gares et aéroports, ou mènent des opérations escargots qui rendent la circulation difficile dans ces agglomérations. Suivez la situation en direct entre Marignane et Marseille avec France Bleu Provence.

À Bordeaux aussi, les taxis ont entamé une deuxième journée de rassemblement avant de partir rejoindre leurs collègues à Toulouse.

Des discussions sont prévues dans la matinée, mais tous sont d'accord sur un point : "On rejette le médiateur, on n'en veut pas", résume Mohamed Ben Ali, du syndicat de défense des conducteurs de taxis parisiens (SDCTP). Mardi, une délégation de neuf syndicats a été reçue par le Premier ministre, Manuel Valls, qui leur a notamment proposé une concertation de trois mois "sur l'équilibre économique du secteur (...) et les éventuelles évolutions de la réglementation qui pourraient en découler". Cette mission a été confiée au député socialiste Laurent Grandguillaume. 

Suivez l'évolution de ces manifestations avec le direct de France Info >>

Partager sur :