Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La mobilisation monte à Ford Blanquefort

lundi 5 mars 2018 à 16:51 Par Stéphane Hiscock, France Bleu Gironde et France Bleu

Face aux menaces qui planent sur leur usine, environ 300 salariés de Ford Blanquefort ont participé à un débrayage ce lundi à la mi-journée devant les grilles de l'entreprise. Une opération "usine morte" et un défilé dans les rues de Bordeaux est prévu vendredi.

300 personnes ont participé au débrayage devant l'usine ce lundi
300 personnes ont participé au débrayage devant l'usine ce lundi © Radio France - Stéphane Hiscock

Blanquefort, France

Après l'annonce la semaine dernière du constructeur américain de ne plus investir en Gironde, l'intersyndicale de l'usine entend mettre la pression avant le comité de suivi prévu à la préfecture de la Gironde vendredi. D'autant que le Ministre de l'Economie Bruno Le Maire l'a dit, il souhaite maintenir l'activité sur le site.   

Vendredi sera une journée "usine morte" ont prévenu les syndicats et pas question de parler d'un repreneur "Ford doit rester en Gironde". En attendant la manifestation puis le rassemblement devant la préfecture, 300 salariés se sont donc réunis ce lundi devant l'entreprise.

On se dit qu'aujourd'hui avec des points d'appui comme le gouvernement, Alain Juppé et Alain Rousset on a les moyens de faire plier Ford

- Philippe Poutou, militant CGT à Ford Blanquefort

Tous les représentants syndicaux apparaissent côte-à-côte face à 300 salariés : " Il y a quelque chose qui se passe" lance au micro Philippe Poutou, "Ford doit rester à Blanquefort". Mais sur ce point les salariés semblent divisés. Si certains estiment que Ford partira quoiqu'il arrive et qu'il vaut mieux un repreneur qu'une fermeture, d'autres se rappellent de la période du rachat par l'allemand HZ Holding (2009-2010) qui avait tourné au fiasco.

Cathy Desfours, CFDT Ford Blanquefort