Économie – Social

La Nouvelle-Aquitaine surfe sur l'esprit "nouvelle vague" pour attirer des emplois

Par Yves Maugue, France Bleu Béarn, France Bleu Creuse, France Bleu Gascogne, France Bleu Gironde, France Bleu La Rochelle, France Bleu Limousin, France Bleu Périgord et France Bleu Poitou mercredi 18 octobre 2017 à 16:25

L'un des visuels de la campagne de communication de la région Nouvelle-Aquitaine.
L'un des visuels de la campagne de communication de la région Nouvelle-Aquitaine. - © Région Nouvelle-Aquitaine

Un an après sa naissance, la région Nouvelle-Aquitaine s'affiche cette semaine dans le métro parisien et dans les sites économiquement porteurs de la capitale. L'objectif est d'attirer les investisseurs en pariant sur l'effet TGV.

L'esprit nouvelle vague, c'est le slogan développé par la première campagne de communication lancée par la région Nouvelle-Aquitaine depuis son changement de périmètre, il y a dix-huit mois, puis de nom il y a un peu plus d'un an. Pendant toute cette semaine (du 16 au 22 octobre), la région s'affiche dans les couloirs du métro parisien, ainsi que dans des sites typés "business" comme La Défense, Charles-de-Gaulle Etoile, Opéra, Porte Maillot. La campagne est également présente à la gare Montparnasse. Car, si la Nouvelle-Aquitaine qui n’a finalement qu’un an d’existence veut se faire connaître du grand public, il s’agit aussi d’attirer des entreprises et des emplois.

Le cadre de vie devient primordial

Pause dej avec un surfeur au Pays Basque , heure de pointe avec l’immensité enneigée et désertique des Pyréenées : les visuels de cette campagne sont tous déclinés sur la thématique travail et cadre de vie. L’idée est simple. En Nouvelle Aquitaine, on peut allier vie professionnelle et vie personnelle. Et dans certains secteurs il faut effectivement avoir ces arguments pour attirer des salariés de haut niveau. Aymeric Préveral-Etcheverry dirige la start-up Fieldbox aux Bassins à flot à Bordeaux. L'entreprise développe et commercialise des solutions d'intelligence artificielle pour les industriels. "Convaincre des salariés de nous rejoindre, c'est un vrai enjeu dans le numérique, affirme-t-il. Bien sûr, il faut que le projet d'entreprise soit ambitieux et innovant. Mais, parmi les différentes start-up qui vont proposer cela, les collaborateurs vont privilégier celles qui offrent le meilleur cadre de travail".

"Concurrence internationale"

La campagne déclinée sur 850 panneaux parisiens veut mettre en avant l’attractivité économique. Dans un monde où il faut savoir se battre. "Il y a une concurrence internationale, affirme Mathias Fekl, l’ancien ministre de l’Intérieur, conseiller régional de Nouvelle-Aquitaine. Il est très important que des entreprises viennent créer de l'emploi chez. Elles y trouveront un éco-système innovant, formé, ambitieux et des gens qui ont envie de faire des choses". Et le moment de cette campagne n’a pas été choisi au hasard. A peine quelques mois après l’ouverture de la ligne à grande vitesse, argument essentiel pour l’attractivité de la région. Une campagne de communication qui coûte 400.000 euros quand celle que vient de faire la région Bretagne s’élève à un million.

L'une des affiches de la campagne. - Aucun(e)
L'une des affiches de la campagne. - © Région Nouvelle-Aquitaine