Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Nouvelle Eco : entre pénuries et hausses des coûts des matières première, les inquiétudes du BTP

-
Par , France Bleu Picardie

La crise sanitaire complique l'approvisionnement en matière première. Résultat les prix du bois ou encore des métaux flambent et les stocks s'amenuisent. Sans parler encore de pénurie le secteur du BTP s'inquiète.

Illustration - Chantier BTP immeubles en construction
Illustration - Chantier BTP immeubles en construction © Radio France - Vianney Smiarowski

Des usines qui tournent encore au ralenti, un transport de marchandises moins fluide, la crise sanitaire mondiale grippe l'approvisionnement en matières premières nécessaires au secteur du bâtiment. En France, la fédération de ce secteur d'activité s'inquiète à la fois du risque de pénuries et de la flambée des coûts de l'aluminium, du bois et autre PVC. Un constat qui n'épargne pas les entreprises de la Somme. 

Huit semaines au lieu de cinq pour une fenêtre

Nicolas Blangy, président de la Fédération du Bâtiment dans le département ne constate pas qu'il y a "des entreprises en difficulté ou des chantiers arrêtés à cause de pénuries de matières premières. Malgré tout, poursuit-il "quand on discute avec nos fournisseurs, certains ont des difficultés pour s'approvisionner, les délais s'allongent. Pour les fenêtres par exemple, avant on était plutôt sur cinq semaines, là on est sur huit. 

Nicolas Blangy, président de la fédération du bâtiment dans la Somme
Nicolas Blangy, président de la fédération du bâtiment dans la Somme © Radio France - François Sauvestre

Ces difficultés entraînent également des hausses de prix des matières premières et donc de la facture finale d'un chantier. "Evidemment, les marges des artisans ne sont pas énormes, on est en moyenne sur du trois pourcent. Donc quand vous avez des matières premières qui coûtent plus cher, le PVC par exemple c'est plus quarante pourcent, vous êtes obligés de le répercuter au client final. Ca ne donne pas une augmentation de quarante pourcent au final mais ça donne une hausse assez importante", concède Nicolas Blangy. 

Quelles perspectives pour le bâtiment face à ces pénuries et hausses de prix des matières premières ?

Faut-il, dans ce contexte compliqué supprimer les pénalités de retard de chantier ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess