Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : saison blanche pour les tatoueurs

-
Par , France Bleu Auxerre

Avec le troisième confinement, c'est une nouvelle fermeture pour les commerces non essentiels, et notamment pour les salons de tatouage. A Auxerre, le salon Frappe Chirurgicale tente de s'en sortir en diversifiant son activité.

Les salons de tatouage frappés aussi par la crise sanitaire
Les salons de tatouage frappés aussi par la crise sanitaire © Radio France - Adia Doukali

C'est la troisième fermeture, due au confinement, pour le salon de  tatouage Frappe Chirurgicale, installé à Auxerre. Ce salon existe depuis  2016.  Le gérant s'appelle Brice Nermond.

Vous avez donc une nouvelle période de fermeture qui a frappé votre activité. Est ce que c'est un nouveau coup dur? Est ce que vous avez des aides ?

On n'est pas encore vraiment au courant des aides qu'on va toucher. Là nous sommes encore dans l'attente. On espère ne pas trop avoir à taper dans la trésorerie. Et on ne sait pas encore mais si nous ne touchons rien nous aurons 100% de perte d'activité et c'est un nouveau coup dur après déjà deux fermetures en un an à cause du Covid. 

Comment ça s'est passé lors des deux premiers confinement ? 

Le premier confinement nous avons perdu 80% de notre chiffre d'affaire et nous avons eu une petite aide de 1500 euros. Donc autant dire qu'une fois que les loyers sont payés, les salaires, il ne reste plus rien. Pour le second confinement, le chiffre d'affaires de novembre 2019  a été pris en compte donc les aides, là, ont compenser le premier confinement. Main tenant on attend de voir ce qui va être décidé pour cette troisième fermeture imposée et surtout on aimerait savoir si c'est le dernier. 

Vous comprenez que votre salon ait été considéré comme un commerce non essentiel ? 

Concrètement, il est vrai que le tatouage est complétement non essentiel. Après, c'est vrai que au niveau des mesures d'hygiène nous avons des protocoles stricts. Nous avons des connaissances en hygiène qui sont poussées. Donc là dessus, nous sommes protégés et nous protégeons nos clients. D'autant plus que nous n'avons pas énormément de passages en boutique. En général un client chacun. 

Et dans ces conditions, vous arrivez quand même à diversifier votre activité ? 

A côté nous faisons un peu de peinture  et on essaye de vendre des toiles mais ce n'est pas évident. Les galeries d'art sont fermées. Mais si on compare notre situation à celle des restaurateurs ou professionnels de l' événementiel qui sont fermés depuis des mois , il ne faut pas trop se plaindre . 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess