Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Argentat, Mespoulet, privé de ses clients, vend ses boissons avant qu'elles se périment

-
Par , France Bleu Limousin

Mespoulet à Argentat livre les boissons des bars et restaurants de la Corrèze et du Lot. Ces derniers étant fermés son activité est presque à l'arrêt. Et dans ses entrepôts restent des centaines de bouteilles. Pour éviter qu'elles se périment, l'entreprise les vend aux particuliers à prix cassés.

Les camions de Mespoulet ne sortent quasiment plus depuis plusieurs semaines
Les camions de Mespoulet ne sortent quasiment plus depuis plusieurs semaines © Radio France - Jean-Claude Boulesteix

L'entreprise fêtera l'an prochain ses 80 ans. Mespoulet à Argentat est un grossiste-distributeur de boissons qui livre surtout bars et restaurants. Avec les fermetures répétées de ces derniers depuis le 15 mars son activité a été grandement perturbée. "On a une baisse drastique de notre chiffre d'affaires qui est de l'ordre de moins 80 à moins 90 %" souligne Simon Mespoulet, le directeur général.

Aucune aide jusqu'à présent

Sa quarantaine de salariés sont en grande partie au chômage partiel. Et l'entreprise a bénéficié d'un Prêt Garanti par l'État. Mais ce sont les seules aides qu'elle a eues. Car les distributeurs de boissons, bien que travaillant exclusivement avec les bars et restaurants fermés administrativement, ne sont pas fermés eux et donc n'ont pas droit aux aides telles celles que touchent justement les bars et restaurants. Après plusieurs manifestations partout en France la profession a tout de même été entendue et attend la publication d'un décret leur ouvrant droit enfin à des aides.

Ne pas jeter de marchandises

Mais celles-ci ne compenseront pas les pertes très importantes pour ces entreprises. Notamment celle de leurs marchandises. "On doit faire face à des stocks importants de marchandises dont les DDM (date de durabilité minimale NDLR) sont parfois très courtes voire dépassées et pour lesquels il n'y aura aucune aide". C'est pourquoi Mespoulet a décidé de les vendre aux particuliers à prix réduit. "Pour ne pas jeter. C'est avant tout ce qui nous motive" précise Simon Mespoulet. Une petite rentrée de trésorerie qui évite aussi à l'entreprise de grosses pertes financières à cause de ses stocks. La deuxième vente flash aura lieu ce samedi 23 janvier de 9h à 12h sur son entrepôt. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess