Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Bas-en-Basset, l'ancienne usine Bonna Sabla, désormais Sitinao, tourne à nouveau

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Christophe Marcoux, déjà gérant d'une entreprise de travaux publics, a relancé fin 2020 la fabrication de béton préfabriqué dans l'ancienne usine Bonna Sabla à Bas-en-Basset (Haute-Loire), avec 25 anciens salariés de l'entreprise.

Le projet est porté par Christophe Marcoux, déjà patron de l'entreprise Trema.
Le projet est porté par Christophe Marcoux, déjà patron de l'entreprise Trema. - Christophe Marcoux

C'est parce qu'il voyait des passerelles entre son métier, dans les travaux publics, et l'ancienne production de Bonna Sabla, mais aussi parce qu'il est originaire du secteur, que Christophe Marcoux a songé à reprendre l'ancienne usine de bordures en béton de Bas-en-Basset (Haute-Loire). Une réflexion menée avec les élus locaux, explique le Monistrolien, déjà patron de 80 salariés au sein de l'entreprise Trema.

Christophe Marcoux a relancé la production de béton à l'ancienne usine Bonna Sabla de Bas-en-Basset.

18 embauches déjà prévues

Fin novembre 2020, huit mois après la fermeture de Bonna Sabla, le travail a donc repris au sein de l'usine, avec 25 des 46 anciens salariés. "Mais l'objectif c'est très prochainement de réembaucher 18 personnes", ajoute Christophe Marcoux. Il reconnaît que "la période est un peu compliquée, parce qu'on travaille beaucoup avec les marchés publics, le carnet de commandes tarde à se remplir". Mais l'entrepreneur se veut optimiste, et table sur ses prévisions pour mars-avril et la fin 2021. 

Christophe Marcoux compte évidemment sur son réseau, puisque comme il l'explique,  pour trouver des chantiers pour Sitinao, il a "les mêmes interlocuteurs au niveau des communes, communautés de communes, architectes pour trouver des chantiers" que pour son entreprise de travaux publics Trema. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess