Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

"La nouvelle éco" : à Bordeaux, une association pour soutenir les entrepreneurs en triporteur

-
Par , France Bleu Gironde

La popularité du vélo est en hausse, chez les particuliers comme chez les professionnels. Pour aider ces derniers et convaincre d'autres entrepreneurs de passer au triporteur, l'association Les Boîtes à Vélo vient de débarquer à Bordeaux.

L'usage du triporteur se développe pour les professionnels sur la métropole bordelaise
L'usage du triporteur se développe pour les professionnels sur la métropole bordelaise - La Boîte à Vélo

Avec le déconfinement, la pratique du vélo s'est développée sur la métropole bordelaise. Y compris chez les professionnels, qui sont de plus en plus nombreux à s'intéresser au vélo cargo, ou triporteur, pour remplacer un utilitaire polluant ou encombrant. Pour promouvoir ce mode de déplacement professionnel, l'association Les Boîtes à Vélo, fondée à Nantes en 2015 et qui a déjà essaimé dans plusieurs villes (Angers, Lyon, Paris...), débarque sur Bordeaux Métropole. Et la filiale bordelaise est déjà forte d'une cinquantaine d'adhérents, précise Alice Bailleul, du bureau d'administration de l'association girondine. 

A Bordeaux, il y a beaucoup d'entrepreneurs à vélo ! 

Sur la métropole bordelaise, la principale zone d'activité de ces entrepreneurs est Bordeaux. Ils vont aussi jusqu'à Mérignac, parfois Pessac. "En gros, l'intra-rocade" complète Alice Bailleul. Mais l'activité pourrait s'étendre avec plus de pistes cyclables, avec des places de stationnement dédiées à ces deux-roues plus larges que des vélos classiques. D'où l'intérêt pour Alice Bailleul de fédérer tous ces entrepreneurs en triporteur au sein d'une même association, capable de peser auprès des collectivités. "On veut être fédérateurs, notamment auprès des mairies des communes où on est implantés. Plus on sera d'entrepreneurs à vélo, plus notre voix sera importante pour parler stationnement, voirie..."

Fédérer les anciens et convaincre de nouveaux entrepreneurs

L'association a noué des partenariats, avec l'application de déplacement Geovelo, avec l'association Vélo-Cité qui a créé un guide "Devenir entrepreneur à vélo." Le but, soutenir ceux qui ont déjà adopté le triporteur, en apportant par exemple une aide juridique, et attirer de nouveaux adeptes. Alice Bailleul, esthéticienne pionnière du triporteur qu'elle utilise depuis huit ans pour se rendre chez ses clientes, vante les avantages du deux-roues qui permet de contourner les difficultés quotidiennes de circulation : "Je n'ai pas besoin de chercher longtemps une place en bas de chez mes clients (...) on double les voitures grâce aux pistes cyclables et le fait de ne pas être dans les bouchons nous permet d'être à l'heure !"

Entreprise de ménage, plombier...les triporteurs s'adaptent à de nombreux métiers.
Entreprise de ménage, plombier...les triporteurs s'adaptent à de nombreux métiers. © Radio France - Camille Huppenoire

Lors de la présentation de l'association bordelaise lundi 7 septembre à Bordeaux, plusieurs adjoints de mairies de la métropole bordelaise étaient présents. Les professionnels qui remplacent l'utilitaire par le triporteur entrent dans le cadre de la politique de transition écologique. Et La Boîte à Vélo espère bien recevoir des aides pour ceux qui veulent se lancer mais manquent d'argent. Car le triporteur, généralement fait sur mesure, a un coût : au moins 5.000 euros, un montant qui peut vite doubler selon l'activité. Un restaurateur aura par exemple besoin d'installer des plaques de cuisson et un frigo sur son vélo cargo. Mais l'investissement est vite amorti, assure Alexis, qui va bientôt se lancer en deux-roues, convaincu et soutenu par l'association : "Les coûts d'entretien sont quasi inexistants. Quelques centaines d'euros sur deux trois ans." D'ici décembre, ce jardinier ira s'occuper des fleurs et tailler les haies des particuliers de Bordeaux...en triporteur. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess