Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Éco : à Bourges et à Châteauroux, l'entreprise Equip’jardin n’est pas sortie de la crise

-
Par , France Bleu Berry

Après avoir fait face il y a un an à une fermeture de ses magasins, Equip’jardin, une enseigne de vente, location et réparation de matériel pour le jardin, connaît des difficultés d’approvisionnement qui pourraient avoir des retombées sur son chiffre d’affaires.

Equip'jardin accueille professionnels et particuliers.
Equip'jardin accueille professionnels et particuliers. - Equip'jardin

Les trois quarts des ventes de matériel de jardin, du coupe-haie au petit tracteur, se font entre mars et juillet. Autant dire que le confinement, il y a un an, est intervenu au plus mauvais moment pour Equip’jardin, une enseigne créée en 1989 à Olivet (Loiret). Après quinze jours de fermeture complète, les deux magasins berrichons situés au Poinçonnet et à Saint-Germain du Puy ont pu rouvrir pour les professionnels qui représentent 60 % de la clientèle.  

Pour les particuliers, l’enseigne a mis en place un service de drive et de livraison gratuite dans un périmètre de 50 km alors que ce service est habituellement payant. Les achats se sont reportés sur le site internet. La demande a été forte en cette période où le confinement a incité de nombreux propriétaires à s’occuper de leur jardin à la faveur d’un temps printanier.  

Elle l'est restée en mai lors de la réouverture des magasins qui a été “un très bon mois”, se souvient Rachel Delys, directeur de deux magasins berrichons. “Nous avions tablé sur une baisse du chiffre d’affaires de 30 % et à l’arrivée nous sommes sur une année ordinaire”, poursuit-il, soulagé.

Un nouveau site internet en avril 

Les achats en ligne, eux, ne sont pas retombés après le déconfinement. Ils ont progressé d’environ 20 % par rapport à la période avant Covid, en particulier pour le petit matériel à batterie, et l’enseigne a pris en compte ce changement d’habitude : elle mettra en ligne en avril un nouveau site internet.

Un an après le premier confinement, les effets de la crise se font toujours sentir. L’enseigne est désormais confrontée à des difficultés d’approvisionnement sur ces différentes marques du fait de retards de fabrication et de manque de matières premières alors que la demande, elle, reste forte. Résultat : moins de choix pour certains produits, des stocks limités et des délais d’attente. 

Un déménagement retardé 

La crise a également retardé le déménagement du magasin du Poinçonnet sur l’ancien site de Mead Emballage où il disposera d’une superficie deux fois plus grande et ainsi se développer. “La crise nous a fait perdre un an. Dans le contexte actuel, les banques sont un peu frileuses : elles attendent d’avoir le bilan de l’année passée avant de se prononcer”, explique M. Delys. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess