Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Chauray, la salle de réalité virtuelle VR68 espère ne pas fermer avant d'avoir ouvert

-
Par , France Bleu Poitou

A Chauray, près de Niort, Eric Moullé a créé son entreprise malgré l'épidémie de coronavirus. Il n'a toujours pas pu ouvrir sa salle d'expérience de réalité virtuelle et n'a droit à aucune aide.

Chez VR68, salle d'expérience de réalité virtuelle à Chauray, tout est prêt. Il ne manque que le feu vert pour ouvrir
Chez VR68, salle d'expérience de réalité virtuelle à Chauray, tout est prêt. Il ne manque que le feu vert pour ouvrir © Radio France - Noémie Guillotin

Entreprise attend ouverture désespérément. C'est le cas de VR68, une salle d'expérience de réalité virtuelle située dans la zone Mendès France à Chauray, près de Niort. Vous enfilez un casque et c'est parti pour un voyage sur Mars ou dans une pyramide égyptienne. Un nouveau lieu de loisir prêt à ouvrir mais avec la pandémie, c'est impossible pour l'instant.

Le projet a été lancé en septembre 2019. Et puis le coronavirus est arrivé. "Il y a eu le déconfinement. Les premiers engagements ont été signés pendant l'été 2020. On ne pensait pas qu'il y aurait une deuxième ou une troisième vague", raconte Eric Moullé. 

Aucune aide

Le problème, c'est que son entreprise ne peut pas bénéficier du fonds de solidarité. "Comme moi je n'ai jamais ouvert, je n'ai pas de chiffre d'affaire de référence. Donc j'ai une aide égale à 0", précise le gérant contraint de s'adapter. "Je ne prends aucune rémunération, je remercie le propriétaire qui a fait un effort sur le loyer, l'assurance, les banques aussi ont fait des efforts, maintenant c'est pas éternel non plus. J'ai des charges qui continuent à tomber. Là je fais avec ma trésorerie personnelle mais je ne suis pas sûr de pouvoir tenir très longtemps".

Si ça continue trop longtemps on va fermer avant d'avoir accueilli le moindre client

Une situation qui interpelle le député des Deux-Sèvres Guillaume Chiche. L'élu doit envoyer cette semaine un courrier au ministre de l'Economie Bruno Lemaire. "Pour que nous puissions ensemble réviser les conditions d'accès à ces fonds de solidarité nationale pour préserver les emplois et les entreprises créées sur le territoire". Mais ce qu'espère avant tout Eric Moullé, c'est ouvrir dès que possible, même en mode dégradé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess