Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : à Dijon, les cycles HB21 confrontés à une "pénurie"

-
Par , France Bleu Bourgogne

Ça ne tourne plus très rond dans le monde du vélo. Avec la crise de la Covid, tous les revendeurs ont du mal à a s’approvisionner auprès des fabricants. On vous explique ici pourquoi.

Khaled Boulegroun, gérant de HB21 "Sur certains modèles, il faut attendre plus d'un an"
Khaled Boulegroun, gérant de HB21 "Sur certains modèles, il faut attendre plus d'un an" © Radio France - Olivier Estran

Si vous avez dans l'idée de vous acheter un vélo neuf, le choix du modèle sera peut être bien limité. Tous les vendeurs de vélos rencontrent le même problème: ils ont la plus grande difficulté à s'approvisionner auprès des fabricants. Surprise: tout cela c'est la faute au Covid : quasiment tous les vélos sont fabriqués en Asie et le virus a ralenti toutes les chaines de production. 

Dans le même temps, comme les salles de sport sont fermées, comme on rêve tous de liberté, nous sommes nombreux à nous remettre au vélo. Et cette tendance est très forte dans le monde entier. Grande enseignes ou petite boutiques, tout le monde est touché. Khaled Boulegroun, gérant depuis 2008 du magasin indépendant HB21 à Dijon parle même de "pénurie."

Khaled Boulegroun, gérant de HB21
Khaled Boulegroun, gérant de HB21 © Radio France - Olivier Estran

France Bleu Bourgogne - Avez-vous encore des vélos disponibles ?

Kaheld Boulegroun - Je vends du vélo de ville, des cycles pour monsieur et madame tout le monde, que ce soit en version "musculaire" ou électrique (avec moteur et batterie NDLR). Il me reste quelques modèles, mais les stocks sont pour le moins épuisés. Nos partenaires n’arrivent pas à répondre à nos demandes de réassort, et l'attente peut prendre plus d'un an. On nous annonce un nouveau réassort pour fin avril, début mai, mais ces dates sont à prendre avec des pincettes.

Un an d'attente, comment expliquer cette situation ?

A la sortie du premier confinement, ça a été la folie, le vélo s'est très bien vendu,  on avait tous envie de prendre l'air. Et dans le grandes villes, les gens ne voulaient plus des transports en commun. Les gens se sont jetés sur les vélos neufs. Le problème c'est que le marché dépend à 90 % de l'Asie, touchée en premier lieu par la Covid-19. Il y a eu donc difficulté de production, mais aussi de transports, à cause des containers bloqués dans les ports. Et cela se ressent toujours.

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Est-ce la même chose pour toutes les marques de vélo ?

Les fabricants ne maîtrisent pas tout. Les grandes marques produisent leurs cadres, leurs fourches, mais tout le reste dépend d'autres industriels. On a deux grands noms qui fournissent quasiment tous les vélos en dérailleurs: c'est Shimano et Sram. Ils doivent répondre à une demande mondiale, et sans eux, pas de vélo. En plus ils sont confrontés à la hausse des matières premières, bref tous les effets cumulés, cela donne une pénurie et une hausse des tarifs.

À quand un retour à la normale ?

Les fabricants laissent entendre que cette situation ne sera pas résorbée avant le dernier trimestre 2023. Vous avez bien entendu 2023. J’espère que la situation sera réglée avant , mais je n'y cois pas. Au mieux ce sera pour 2022. Evidemment, tout cela a un impact sur nos ventes et notre taux de visite-clientèle. Ceux qui poussent la porte sont souvent condamnés à attendre. C'est dramatique, moi, je ne suis pas Decathlon, je suis un artisan  et on a pas des millions d'euros derrière. Avec d'autres confrères, on demande à nos propriétaires de faire un geste pour nos loyers, car là c'est compliqué.. Enfin, on espère que les clients, comme nous, garderont espoir, et pousseront encore notre porte.

Cette boutique vend principalement des vélos de ville, ce sont les modèles les plus demandés
Cette boutique vend principalement des vélos de ville, ce sont les modèles les plus demandés © Radio France - Olivier Estran
Choix de la station

À venir dansDanssecondess