Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Nouvelle éco : à Gouzon, un institut de beauté a ouvert entre les deux confinements

-
Par , France Bleu Creuse

Le secteur de la beauté n'a pas été épargné pendant la crise sanitaire. Pourtant, à Gouzon, un nouvel institut baptisé "l'encre du regard" a ouvert début octobre. La gérante est plutôt satisfaite de ses débuts.

Nelly Caon dans son institut de beauté
Nelly Caon dans son institut de beauté © Radio France - Nelly Caon

A Gouzon, l'institut de beauté "l'encre du regard" a ouvert depuis le 5 octobre 2020. Alors que le secteur de la beauté a beaucoup souffert de la crise sanitaire, la gérante Nelly Caon de ce salon est satisfaite de ces premiers mois. 

Une installation trois semaines avant le deuxième confinement

Avant d'ouvrir son salon, Nelly Caon accueillait ses clients chez elle. "J'ai voulu voir la clientèle que je pouvais me faire. Je me suis rendue compte que ça marchait extrêmement bien et j'ai donc décidé d'ouvrir un local sur Gouzon". Elle propose des soins pour embellir les ongles, les pieds et le regard, ainsi que de la dermopigmentation (maquillage permanent). Nelly Caon partage ses locaux avec une esthéticienne. 

Trois semaines après l'ouverture de l'institut de beauté, le deuxième confinement est arrivé. "Ca n'a pas été simple, mais on a gardé le moral et on a bien redémarré", estime-t-elle avant de préciser : "aujourd'hui on est super contentes, ça marche très très bien". 

Moins d'achats de produits, mais plus de soins en institut

Début février des études ont montré que la crise sanitaire avait bouleversé les usages de produits cosmétiques, mettant à mal les finances des grands groupes du secteur. Nelly Caon constate aussi cette tendance. Elle prend un exemple : "Nos clientes vont préférer venir faire un soin de pied en institut, que d'acheter la crème pour se le faire à la maison". 

Bien qu'elle se soit lancée pendant une année troublée, Nelly Caon ne regrette rien : "C'était un beau challenge et malgré tout, tout le monde a bien joué le jeu :  les Gouzonnais, mais aussi les gens de l'extérieur qui viennent tester et qui s'intéressent à notre salon". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess