Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : à Grenoble, le tribunal de commerce s'attendait à pire après onze mois de crise

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd’hui, on prend le climat auprès du tribunal de commerce de Grenoble dont l’activé n'est, finalement, pas si soutenue que ça au bout de onze mois de procédure.

Le tribunal de commerce de Grenoble (capture d'écran).
Le tribunal de commerce de Grenoble (capture d'écran). © Radio France - Bastien Thomas

Onze mois après le début de la crise sanitaire, plane sur notre tête la menace d’un troisième confinement qui pourrait de nouveau mettre à l’arrêt bon nombre d'entreprises. Valérie Denu, la nouvelle présidente du tribunal de commerce de Grenoble est l'invitée de "La nouvelle éco" de France Bleu Isère, ce lundi à 7h15.

Quelle est la situation au tribunal de commerce de Grenoble ?

Alors, pour l’instant, il faut reconnaître qu’on ne croule pas sous les dossiers. On s’attendait, il y a un an maintenant, à un boom quand la crise du Covid a démarré. Finalement, ce n’est pas arrivé, puisque sur l’année 2020 le nombre de procédures collectives a diminué aussi bien ici à Grenoble qu'au niveau national. En Isère, le nombre des procédures a diminué de 40% passant de 573 en 2019 à 341 en 2020.

Comment l’expliquez-vous ?

Sans doute par le rôle des pouvoirs publics. L’État est là pour aider les entreprises, d’abord par un arsenal juridique, mais aussi par les PGE (prêts garantie par l’État) qui ont assuré la trésorerie à court terme des entreprises. Mais il faudra les rembourser ses prêts. C’est le gros problème et la crainte que nous avons. Car ces prêts ce sont des crédits de trésorerie et les crédits, à un moment, il faut bien les rembourser.

"Les prêts de l'État ce sont des crédits de trésorerie et les crédits, à un moment, il faut bien les rembourser"

Donc on s’était dit que théoriquement les premiers remboursements devraient avoir lieu à partir du 1er mars prochain, mais devant le nouveau confinement qui se profile, l’État a donné la possibilité de repousser ces remboursements donc on ne sait pas trop où on va aller.

Ce qui est sûr, c'est qu'à un moment il y aura l’épreuve de vérité parce que quand il faudra redémarrer les entreprises, il faudra bien embaucher du personnel, acheter des stocks... C’est là que les premiers problèmes arriveront, mais quand ? Cela, on ne le sait pas et ça n’a pas l’air d’être à court terme.

Le message que vous passez, est-ce toujours celui de venir vous voir dès les premières difficultés ?

Oui c’est le message le plus important ! Quand vous arrivez trop tard, au moment des procédures collectives, c’est qu’en général vous êtes en cessation de paiement. Et comme les procédures collectives sont publiques, c’est publié dans les journaux, tout le monde le sait : vos clients, vos fournisseurs et, à ce moment-là, on ne sauve que 10 % des entreprises. Par contre, si vous venez avant, on peut ouvrir des procédures amiables, qui sont confidentielles, personne n’est au courant, et là on sauve 70 % des entreprises. 

Ces procédures amiables sont très peu connues, parce qu’elles sont confidentielles. Ceux qui en ont profité n’en parlent pas. Donc on en a relativement peu, mais c’est quand même en progression au niveau national. La plupart du temps, ce sont les entreprises d’une certaine taille qui y ont recours, parce qu’il y a un coût, mais toutes les entreprises peuvent y avoir accès.

________________________________________________

France Bleu est à vos côtés durant cette crise sanitaire et économique. Chaque jour à 7h15 dans "La nouvelle éco", votre radio s'intéresse à une entreprise ou un secteur d'activité. Comment se porte-il ? Comment se projette-t-il dans l’avenir ? 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess