Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La Nouvelle éco : à Guipry-Messac, NG-Biotech fabrique un autotest nasal

Guipry

Basée à Guipry-Messac (Ille-et-Vilaine), la PME NG-Biotech avait lancé le premier test sérologique au début de la crise du covid. Elle fabrique désormais un autotest nasal, commercialisé par le laboratoire Boiron. L'entreprise, qui a ouvert un nouveau site de production, a quadruplé ses effectifs.

Une opératrice de NG-Biotech chargée de la découpe des bandelettes réactives
Une opératrice de NG-Biotech chargée de la découpe des bandelettes réactives © Radio France - Loïck Guellec

C'est l'histoire d'une PME qui a vu ses effectifs quadrupler en 15 mois de crise du covid-19. La société de biotechnologie NG-Biotech, implantée à Guipry-Messac, dans le pays de Redon (Ille-et-Vilaine), avait été la première à lancer en mars 2020, dès le début de la pandémie, un test sérologique. Elle a ensuite développé un test antigénique. Désormais, elle fabrique un autotest nasal, commercialisé sous le nom de "ninonasal" par le laboratoire pharmaceutique Boiron.

Deux sites à Guipry-Messac

La société a été créée en 2012, mais la crise sanitaire a vu la PME progresser à très grande vitesse. "Nous sommes passés de 30 salariés à 120 personnes avec un pic de 160 personnes en juillet dernier" explique Milovan Stankov-Pugès, président-directeur-général de NG-Biotech "Il a fallu professionnaliser toutes les activités pour passer à un mode de production de masse". Après le site de courbouton, qui intègre l'administration, la recherche-développement et l'équipe de production de bandelettes réactives, le nouveau site de la fosse rouge, toujours à Guipry-Messac, est chargée notamment de la découpe des bandelettes, de la mise en sachet des cassettes plastiques et de la mise en produit fini.

Les cassettes plastiques pour nos tests venaient d'Asie. On a relocalisé cette production qui se fait désormais dans le Morbihan avec la société Albéa - Milovan Stankov-Pugès

Milovan Stankov-Pugès PDG de NG-Biotech à Guipry-Messac en Ille-et-Vilaine
Milovan Stankov-Pugès PDG de NG-Biotech à Guipry-Messac en Ille-et-Vilaine © Radio France - Loïck Guellec

Le soutien de France Relance

Dans le cadre du plan France Relance, l'Etat soutient des projets d'investissements stratégiques dans des domaines essentiels comme la santé, l'agroalimentaire ou la 5G. NG-Biotech a investi cette année 1,4 millions d'euros, l'Etat en a financé la moitié "ce programme permet de nous relocaliser en France pour la fabrication des cassettes plastiques des tests, mais aussi d'augmenter la capacité de production des bandelettes réactives et de maintenir des emplois de techniciens de laboratoire et du management"

Cette PME se développe dans de bonnes conditions avec une main d'oeuvre locale. Les industriels ont fait le choix de rester à Guipry-Messac dont le bassin d'emploi est dynamique à 30 minutes de Rennes - Jacques Ranchère, sous-préfet de Redon

Un test de suivi vaccinal

Une fois la population vaccinée, est-ce qu'on en aura complètement fini avec le virus ? Pour anticiper cette future problématique, NG-Biotech travaille actuellement sur un test de suivi vaccinal qui va détecter les anticorps neutralisants. Ceux-ci doivent protéger théoriquement contre le virus "mais on n'a pas assez de suivi scientifique" précise le PDG de l'entreprise. Ce test permettra de savoir si on a ces anticorps et dans quelle quantité. "Mais il faut définir le cahier des charges en fonction des demandes de l'OMS et ce n'est pas prêt".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess