Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La Nouvelle Éco : à Issoudun, l’entreprise Jacques Soudure a réussi à passer un cap difficile

-
Par , France Bleu Berry

Avant la crise, cette entreprise spécialisée dans la chaudronnerie et la tôlerie fine de précision travaillait à 70 % pour l’aéronautique. Son savoir-faire et son agilité lui ont permis de traverser la crise sans encombre.

La petite entreprise a su conserver ses savoir-faire.
La petite entreprise a su conserver ses savoir-faire. © Radio France - Jean-Marc Desloges

La crise du secteur aéronautique s’est fait durement ressentir chez Jacques Soudure à Issoudun. Créée en 1984, cette entreprise spécialisée dans la chaudronnerie et la tôlerie fine de précision emploie quinze salariés. Avant  la crise, l’entreprise travaillait à 70 % pour l’aéronautique avec pour  client principal et historique le groupe SAFRAN également à Issoudun. Depuis plusieurs années, Jacques Soudure travaillait aussi pour la défense et le nucléaire, ce qui a constitué sa planche de salut en 2020. 

Le soutien du groupe Nexter

Jacques  Soudure s’est en effet tourné vers ses clients dans le secteur de  l’armement et en particulier le groupe Nexter présent à Bourges. “Ils nous ont bien aidés : ils nous ont chargé en commandes, explique Clément Naudon, directeur de l’usine. Cela nous a permis de conserver nos salariés et donc savoir-faire”. Le secteur de l’armement est ainsi passé en 2020 de 20 % à 60 %.  “Nous avons aussi de beaux projets dans le nucléaire”, précise-t-il.

Un autre paramètre a pesé dans la balance et a permis à l’entreprise de traverser cette période difficile plus sereinement : son rachat en décembre 2019 par le groupe lyonnais TRA-C qui évolue dans le même secteur d’activité. Les deux entreprises ont d’ailleurs des clients en commun. Capable de traiter des pièces de dimensions plus petites et avec un niveau de précision plus élevé, Jacques Soudure vient compléter l’offre de TRA-C. Autre atout de Jacques Soudure : sa certification aéronautique EN9100 très convoitée. 

Rachetée au bon moment 

Le rachat est intervenu au bon moment, reconnaît Clément Naudon. Le fait d’avoir la solidité d’un groupe derrière nous nous permet de passer plus facilement ce mauvais moment.” Après un très beau résultat en 2019, l’entreprise a limité la casse avec une baisse de 26 % de son chiffre d’affaires. La part de l’aéronautique est tombée entre 30 et 40 %. Elle  a néanmoins procédé à deux recrutements, deux anciens salariés de La  Halle à Issoudun, et en a prévu un autre cette année sur la partie  production en prévision d’une croissance de l’activité. 

L’entreprise a enfin déposé un dossier dans le cadre du plan France Relance  pour la modernisation de son parc machines actuel et l’achat de nouveau  matériel pour monter en compétences et accélérer sa diversification.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess