Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

8 mars : à la rencontre d'une Niortaise peintre en bâtiment

-
Par , France Bleu Poitou

En cette journée du 8 mars, focus sur les femmes dans l'artisanat dans "La Nouvelle Éco". Dans les Deux-Sèvres, elles ne sont encore que 6% à exercer dans le milieu du bâtiment. Rencontre avec l'une d'entre elles.

Charlène Filippazzi est à son compte depuis 2017
Charlène Filippazzi est à son compte depuis 2017 © Radio France - Noémie Guillotin

Dans les Deux-Sèvres, les femmes représentent 28% des dirigeants d’entreprises artisanales et elles sont 6% à exercer dans le milieu du bâtiment. Charlène Filippazzi a, elle, choisi le métier de peintre il y a onze ans. Pour "le côté manuel. Et j'en avais fait un peu avec mon papa dans sa maison"

Apprentie, puis employée, cette Niortaise âgée de 28 ans est à son compte depuis 2017. "Pendant un an j'ai arrêté. J'ai voulu essayer autre chose mais ce n'était pas du tout pour moi. C'était en vente dans une supérette. Mais la peinture me manquait trop", raconte-t-elle.

J'ai un fort caractère donc je ne me laisse pas marcher dessus

En apprentissage, "on était trois filles dans une classe de 12 je crois. Par contre quand on était avec les maçons il n'y avait pas de fille", se souvient Charlène Fillippazzi. La chambre des métiers et de l'artisanat des Deux-Sèvres note qu'aujourd'hui de plus en plus de jeunes filles optent pour des filières comme le bâtiment, la mécanique ou encore transport-logistique. Et que les entreprises aussi s'adaptent en mettant en place des vestiaires dédiés par exemple.

Evoluer dans un milieu où les hommes sont encore majoritaires n’a jamais posé problème à Charlène Filippazzi. "Je trouve ça facile parce que j'ai un fort caractère donc je ne me laisse pas marcher dessus", lance la peintre en bâtiment. "Après il y a des moments où on se fait chambrer par exemple pour porter les fûts de peinture on n'a pas le même physique que les hommes sur certains trucs"

Et quand cette mère de famille pose ses pinceaux et ses rouleaux, elle prend le sifflet pour arbitrer des matches de foot. "Je trouve que les hommes sont plus respectueux et plus calmes avec une femme. Mais j'ai aussi déjà reçu des insultes du style "rentre chez toi faire la vaisselle". Ce qui fait dire à Charlène Filippazzi, "niveau foot, les hommes sont plus machos que dans le bâtiment".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess