Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Lagnieu la société IDR propose des machines pour purifier l'air face au coronavirus

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département et dans les environs. Aujourd’hui, direction nos proches voisins de l'Ain avec la société IDR, qui créé des machines spécialisées dans la purification de l'air ambiant.

Présentation d'un appareil de purification d'air du groupe IDR
Présentation d'un appareil de purification d'air du groupe IDR - site officiel www.idrgroupe.com

Créée en 2010, IDR conçoit et produit des appareils qui traitent l'air que l'on respire. Son PDG-fondateur Hugo Delcourt est l'invité de "la nouvelle éco" de France Bleu Isère ce jeudi matin.

Comment s'organisent vos activités ? 

Chez IDR groupe, nous sommes les spécialistes du traitement de la qualité de l’air depuis plus de 10 ans. Nous avons deux activités principales historiques : d’abord la diffusion de produits actifs pour désodoriser ou parfumer l’atmosphère - exemple la ventilation de WC publics ou la diffusion de parfums dans des lieux fermés- c’est une activité très ralentie par l’arrêt de tout le secteur de l’événementiel avec le Covid. Ensuite, nous avons une deuxième activité, qui était secondaire à l’origine, mais qui devient plus importante aujourd’hui, qui est la purification et la décontamination de l'air. Forcément, vu le contexte sanitaire, cette activité a forcément explosé. Nous avons deux technologies, notre société développe intégralement toutes ses technologies et tout est produit ici à Lagnieu en France de la conception à la fabrication. 

Notre mission c’est d’accompagner et d’orienter nos clients professionnels dans leur démarches générales d’amélioration de la qualité de l’air, notamment dans la mise en place de protocoles de purification et de décontamination pour lutter contre la propagation du virus.

À qui s’adresse vos appareils ? essentiellement à des professionnels ?

Oui, nous ne travailleons qu’avec des professionnels. Notre gamme de produits s’adapte à tous les types de volumes et de configurations. On va aussi bien travailler sur du traitement de petits volumes type petites pièces avec un traitement "en direct" confié à une machine qui se branche et qui traite l’environnement de la pièce. Mais nous avons aussi des systèmes de ventilation centrale, de traitement d’air pour traiter des bâtiments en entier. Donc on travaille aussi bien avec des grands groupes, des groupes hôteliers par exemple qu'avec des petits commerces ou des PME.

Est-ce que c'est efficace pour tuer le coronavirus ? 

Alors c’est une très bonne question. En toute transparence, nous n'avons pas de test actuellement pour prouver qu’on détruit avec nos machines le coronavirus. Ce serait d'ailleurs très difficile de pouvoir dire ça pour plusieurs raisons. La première, c’est qu’avant de pouvoir affirmer ça, il faut mettre en place un protocole qui soit cohérent et qui veule dire quelque chose : qu’est-ce qu’on teste ? qu’est-ce qu’on mesure ? etc...  

En plus, il existe plusieurs variants du coronavirus, donc ça rajoute une difficulté dans le processus. Alors on travaille activement sur ces questions dans nos groupes de travail avec l’AFNOR mais on n'a pas encore abouti. Par contre, ce que l'ont sait avec nos tests et toute la littérature scientifique dont on dispose sur nos technologies, c'est qu’on a un effet avéré sur tous les polluants organiques, peu importe leur taille. Notre technologie n’est pas sélective, donc ça veut dire en gros que,peu importe la taille et le type de polluants organiques, on le détruit. Donc on détruit des virus, on est capable de détruire des coronavirus multiples et variées donc, on doit arriver à détruire le COVID-19.

Nos technologies ont des effets sur les virus enveloppés, ont des effets sur les familles Corona, donc sans pouvoir affirmer avec une étude scientifique à l’appui qu’on a un effet sur le COVID-19 on peut affirmer qu’on a des effets sur les virus et sur la charge virale de manière générale dans un environnement. En conclusion, avec un appareil purificateur d’air dans une pièce, on réduit drastiquement le risque de transmission.

________________________________________________

France Bleu est à vos côtés durant cette crise sanitaire et économique. Chaque jour à 7h15 dans "La nouvelle éco", votre radio s'intéresse à une entreprise ou un secteur d'activité. Comment se porte-il ? Comment se projette-t-il dans l’avenir ? 

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess