Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Laval, l'entreprise MCT récupère la chaleur des serveurs, écologique et révolutionnaire

-
Par , France Bleu Mayenne

Depuis 2016, l'entreprise lavalloise MCT, spécialisée dans les systèmes d'informations, travaille sur un procédé de récupération de la chaleur des serveurs informatiques. Une solution qui doit réduire leurs impacts environnementaux. L'Union européenne s'intéresse de près au projet mayennais.

Nicolas Boulinguiez, fondateur du groupe Numen dont appartient MCT à Laval
Nicolas Boulinguiez, fondateur du groupe Numen dont appartient MCT à Laval © Radio France - Martin Cotta

La nouvelle éco s'intéresse tous les matins aux secteurs, aux entreprises, aux associations mayennaises qui s'adaptent à la crise du coronavirus. À Laval, l'entreprise MCT, spécialisée dans la télécommunication et la gestion des réseaux, est en train de mettre en place un procédé assez révolutionnaire et écologique. Ce dernier pourrait intéresser bon nombre d'entreprises mayennaises et françaises.  

En effet, ses ingénieurs mettent au point un système de récupération de la chaleur générée par les serveurs informatiques, qu'on appelle aussi Data Centers. L'objectif ? Limiter l'impact environnemental de l'informatique. "C'est de simplement utiliser les calories créées par les serveurs à des fins, ou d'eau chaude sanitaire ou de chauffage dans les bâtiments, peu importe où ils se trouvent", explique Nicolas Boulinguiez, le fondateur du groupe Numians auquel appartient MCT à Laval. 

Des serveurs plongés dans des "baignoires étanches"

Aujourd'hui, l'économie numérique représente la sixième puissance mondiale de consommation électrique. 5% de l'électricité mondiale est consommée par les Data Centers, ces serveurs informatiques, souvent alignés par rangée dans des salles spécialisées et qui stockent les données des entreprises. "Nos métiers sont très très consommateurs en énergie. Aujourd'hui, on considère qu'il n'y a que la moitié de la population qui accède à Internet, donc on peut penser que dans les prochaines années ça continuera à augmenter", poursuit Nicolas Boulingiuez. 

Pour récupérer cette chaleur, MCT travaille sur des serveurs en immersion. Ces derniers sont plongés dans des sortes de baignoires étanches, remplies d'une huile minérale (dont l'objectif est qu'elle soit 100% biodégradable dans les prochains mois). Ce fluide n'est pas conducteur. "L'enjeu, c'est d'aller améliorer l'indice qu'on appelle le PUE (Power Usage Effectiveness). C'est un indice de consommation énergétique de datacenters", explique Nicolas Boulingiuez. 

L'UE regarde le projet de près

Ses ingénieurs travaillent d'arrache pied sur le projet depuis 2016. MCT souhaite commercialiser son système de récupération de chaleur dès le second semestre 2021, avec une cinquantaine d'installations prévues pour des clients du service public ou des entreprises privées. L'Union européenne regarde même attentivement le projet mayennais. Par le concours de l'eurodéputée de la Mayenne Valérie Hayer, MCT participe à un appel à manifestation d'intérêt européen qui permettra peut-être à l'entreprise de commercialiser son système au-delà de nos frontières.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess