Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Saint-Chef, MTB pionnier mondial du recyclage industriel en plein développement

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd’hui, gros plan sur MTB. Spécialisée dans le recyclage des déchets industriels, l'entreprise installe ses outils partout dans le monde. La demande explose depuis le début de la crise sanitaire.

Photo d'une machine de recyclage des déchets MTB
Photo d'une machine de recyclage des déchets MTB - capture d'écran site officiel www.mtb-recycling.fr

Installée à Saint-Chef (Isère), MTB conçoit des machines de recyclage et recycle ses propres déchets industriels. L'entreprise emploie 170 personnes, pour un chiffre d'affaire de cent millions d'euros en 2019. Son développement est florissant au moment où les questions environnementales reviennent en force dans notre vie quotidienne depuis le début de la pandémie. David Ravet, le directeur développement et partenariat de l'entreprise MTB était l'invité de "La nouvelle éco" de France Bleu Isère ce mardi à 7h15.

Vous êtes les seuls industriels à faire cette activité en France ?

Oui, c’est un travail de passionnés, de techniciens, depuis 40 ans, on conçoit et on fabrique en Isère des usines de recyclage, des outils de recyclage. La particularité qui est unique au monde dans ce domaine, c’est que on a créé, dès le début, notre propre site de traitement de déchets pour apprendre et concevoir de nouveaux équipements. En gros, on crée des machines qui recyclent pour tout le monde et on recycle nos propres déchets.

Dans le monde bousculé par la pandémie, la préservation de la nature revient en force, c'est tout bon pour vous ?

Effectivement, notre engagement est un engagement de passionnés depuis des années. On a depuis très longtemps conscience de la préservation de l’environnement, de léguer aux générations futures et à nos enfants une planète dans un meilleur état que celle qu’on a connu. Donc effectivement, nous on cherche des solutions pour accompagner les industriels dans leur recyclage, pour les aider à trouver des solutions dans tous les pays du monde dans lesquels on intervient. Par exemple, notre premier marché export, ce sont les États-Unis, le Canada, on est aussi présent un peu partout en Europe, au Japon, on essaye de rayonner dans différentes contrées pour pouvoir apporter des solutions "made in France" avec des thématiques de recyclage. Il faut se rendre compte d’ailleurs que la France et l’Europe sont très en avance dans ce domaine-là, par rapport au reste du monde, on a un vrai savoir-faire.

Vous vous occupez de la pollution sur la terre mais aussi de la pollution au fond des mers et des océans ?

Oui nous sommes partenaires du projet du navigateur Yvan Bourgnon qui  construit un navire qui va aller nettoyer les océans pollués par le plastique. Cela fait plus de dix ans qu’on était engagé dans la préservation des océans et on a eu la chance en 2016 de croiser la route d'Yvan Bourgnon, lors d’une conférence mondiale sur le climat. Il nous a présenté son projet de bateau "le Manta". Ça nous a paru évident de s’associer techniquement et financièrement à ce projet, (à hauteur de 1.5 million d'euros, ndlr) donc c’est une sorte de mécénat qui s’est imposé à nous. On intervient comme spécialistes de la conception, de la mise au point du process de traitement des déchets plastiques à bord du bateau. On espère pouvoir apporter notre pierre à l’édifice d’ici quelques années quand le bateau sortira des chantiers navals. Pour l’instant, on est au stade de l’information et de la sensibilisation à ce projet de la communication il faut d’ailleurs faire connaître ce projet.

________________________________________________

Ma Solution
Ma Solution © Radio France

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess