Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : à Saint-Étienne, le studio de jeux vidéo Angel Corp mise tout sur la jeunesse

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Angel Corp est une jeune entreprise "transmédia" à Saint-Étienne, dans la Loire. Dans son équipe, la moyenne d'âge se situe autour de 19-30 ans. Un atout pour ce studio qui se consacre notamment à la création de jeux vidéos.

L'équipe d'Angel Corp, studio transmédia, à Saint-Étienne.
L'équipe d'Angel Corp, studio transmédia, à Saint-Étienne. - DR

Installée à Saint-Étienne, dans la Loire, depuis juillet 2019, l'entreprise Angel Corp mise tout sur la jeunesse, dans ses projets comme dans ses équipes. Présentation avec son patron, Fabien Thollot.

L'interview de Fabien Thollot, atron d'Angel Corp.

France Bleu Saint-Étienne Loire : vous présentez Angel Corp comme un "studio transmédia". Qu'est-ce que ça veut dire exactement ?

Fabien Thollot : Nous développons des histoires, des univers, des images et des personnages sous plusieurs formes, qu'il s'agisse de livres, de séries animées ou bien de jeux vidéos.  

Vous vous êtes installés à Saint-Étienne il y a un an et demie. Vous avez embauché vos premiers salariés ... et la moyenne d'âge, dans votre équipe, elle se situe entre 19 et 25 ans !

Tout à fait ! Nous sommes huit personnes (salariées, apprentis, stagiaires, free-lance), moi-même j'ai 38 ans mais je suis le plus "vieux". 

Les derniers entrants, vous avez pu les recruter via le dispositif "Un jeune, une solution", de l'État. En quoi c'est intéressant pour une entreprise comme la vôtre ?

On débute juste, donc on a un petit budget mais besoin de compétences. C'est une chance aussi pour les jeunes concernés. Nous avons touché des aides pour le recrutement de notre deuxième salariée, et puis pour nos deux apprentis en tant que chargés de communication. 

La ministre du travail a reconnu du retard la semaine dernière dans le paiement de ces aides aux entreprises. Cela vous concerne ?

On s'y attendait un peu. Heureusement, on a une trésorerie qui nous permet de tenir. On espère que les financements vont se débloquer dans les prochains mois. 

Il faut avoir les reins solides, c'est vrai, pour traverser la période. Comment vous avez vécu 2020, vous ?

C'était un peu compliqué puisqu'on démarrait juste nos projets. Mais on a la chance d'être dans un secteur, celui des loisirs numériques qui est créateur d'emplois et qui va nous permettre de développer l'activité. En plus on a une équipe qui baigne dans ce milieu depuis son adolescence ! 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess