Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La Nouvelle Éco : à Sancoins, l’Atelier Centre France Tonnellerie entre Covid et aléas climatiques

-
Par , France Bleu Berry

Fabricant de tonneaux exportés dans le monde entier, l’Atelier Centre France Tonnellerie à Sancoins continue à investir malgré le contexte sanitaire et les aléas climatiques qui touchent les vignobles.

L'entreprise a été créée à proximité des forêts du Cher et de l'Allier.
L'entreprise a été créée à proximité des forêts du Cher et de l'Allier. - Atelier Centre France Tonnellerie

C’est au cœur des forêts du Cher et de l’Allier, réputées pour la qualité de leurs essences, que l’Atelier Centre France Tonnellerie a vu le jour en 2010. En l’espace d’une dizaine d’années, cette petite entreprise qui compte 17 salariés s’est imposée dans le milieu de la tonnellerie française réputée la meilleure du monde. Elle s’attache à proposer au client le produit qu’il recherche en  jouant sur la chauffe qui se fait chez elle avec une étuve à vapeur.

850 clients dans le monde

L’Atelier Centre France Tonnellerie fait 68 % de son chiffre d’affaires à l’export, dont 50 % aux États-Unis. Elle compte 850 clients dans le monde : Nouvelle Zélande, Afrique du sud et de nombreux pays européens. Mais elle travaille également avec des vignerons français dont ceux du Val de Loire. Elle fabrique en moyenne 6.000 fûts par an d’une capacité de 225 à 600 litres pour un chiffre d’affaires de cinq millions d’euros.

En  2020, dans un contexte peu favorable en raison de la crise sanitaire,  l’entreprise est parvenue à maintenir son chiffre d’affaires. La Covid n’est pas seule en cause.  Les conditions climatiques jouent sur les récoltes et donc sur la  quantité de tonneaux nécessaires sachant que leur durée de vie est  estimée à trois ans durant lesquels des interactions surviennent entre le bois et le vin.

Les incendies survenus en septembre 2020 en Californie ont ainsi entraîné une baisse de 10 % des commandes qui a pu être compensée par une plus forte demande en Europe et notamment en France. “Nous avons des secteurs en fort développement comme la Champagne”, précise Philippe Le Métayer, directeur de l’entreprise. 

400 000 euros d’investissement

Après l’épisode de gel tardif que le vignoble français vient de traverser, “les perspectives ne sont pas bonnes, poursuit-il, même s’il est encore trop tôt pour en connaître les conséquences”. Quoi qu’il en soit, l’entreprise continue à investir. Elle a prévu en 2021 400 000 euros pour l’acquisition de nouvelles machines destinées à moderniser sa chaîne de production. 

L’État et la région Centre-Val de Loire vont lui apporter leur soutien pour un tiers de cette somme au titre du fonds d'accélération des investissements industriels. “Ça a favorisé l’opération et cela va nous permettre de sortir un produit nec plus ultra”, se félicite Philippe Le Métayer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess