Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La Nouvelle Éco : à Vierzon, la société de cosmétiques Labohême ne connaît pas la crise

-
Par , France Bleu Berry

Travailler pour différents laboratoires a permis à la société Labohême d’estomper les effets de la crise. En parallèle, elle développe une gamme de cosmétiques naturels pour le marché local.

L'entreprise Labohême emploie une trentaine de salariés.
L'entreprise Labohême emploie une trentaine de salariés. - Labohême

Spécialisée dans la fabrication de savons, shampoings et cosmétiques à base de produits naturels, la société Labohême est peu connue du grand public et pour cause. Installée depuis 2005 à Vierzon, elle travaille à 80 % “en marque blanche” - sans que son nom apparaisse – pour une quarantaine de laboratoires dans le monde. Résultat : si des marchés sont à la peine dans certains pays avec des boutiques fermées en raison de la situation sanitaire, d’autres, comme au Japon, se portent très bien et permettent de compenser les pertes de commandes. L’entreprise a ainsi pu maintenir son chiffre d’affaires autour d’un million d’euros et l’emploi de sa trentaine de salariés. 

Des difficultés d’approvisionnement

Mais il lui a fallu très tôt réagir. En effet, l’entreprise a été dès le  début de la crise sanitaire confrontée à des problèmes  d’approvisionnement en matières premières qui viennent principalement  des zones tropicales. Or, l’absence d’un seul composant peut empêcher la fabrication d’un produit dont la formule fait l’objet d’une autorisation qui demande plusieurs mois. Afin de ne pas être en rupture, Labohême a donc constitué des stocks et entrepris la construction d’un nouveau bâtiment de 200 m2 qui sera achevé en septembre.

Une marque propre

Labohême fabrique également savons, shampoings et cosmétiques sous sa propre marque, Codina, qu’elle souhaite aujourd’hui développer en particulier au travers de sa gamme Vieux Domaine lancée il y a six mois, du nom du site de 10 hectares où elle est implantée. Elle a décidé de produire à Vierzon ses propres plants de façon à être plus autonome : oliviers, lauriers nains, palmiers nains, agrumes. Ces plantations vont lui permettre d’extraire de façon manuelle les molécules nécessaires à l’élaboration de ses produits. Deux serres bioclimatiques en verre vont être installées d’ici la fin de l’année.

Son  objectif est de diffuser sa gamme Vieux Domaine dans une centaine de  pharmacies dans le Cher, le Loir-et-Cher et l’Indre. On les trouve déjà dans quelques-unes mais la prospection a été suspendue le mois dernier suite au reconfinement et au début de la vaccination dans les officines. Elle devrait reprendre dans quelques semaines. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess