Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : Alvina, le retour de l'eau médicinale du nord du Lot

-
Par , France Bleu Occitanie

Près de Gramat dans le Lot, il existe la source Salmière, à Alvignac-les-eaux, jadis prisée pour ses vertus contre la constipation. Le site est tombé en désuétude et un ancien d'Andros a décidé de commercialiser à nouveau cette eau, sous la marque Alvina.

L'eau de la source d'Alvignac est connue pour ses vertus contre la constipation depuis des siècles.
L'eau de la source d'Alvignac est connue pour ses vertus contre la constipation depuis des siècles. - Alvina

Eric Gauthier a 57 ans, c'est un enfant du pays, un fils du Quercy et un entrepreneur qui a pendant longtemps travaillé dans le giron d'Andros, le géant local. Depuis quelques mois, il a lancé la commercialisation d'Alvina son eau médicinale, issue de la source de son enfance, entre Alvignac et Miers. La source Salmière, connue depuis les Romains et exploitée jusque dans les années 1980. Ces eaux thermales étaient principalement prisées par des Français de retour des colonies et qui avaient besoin de se remettre le système digestif en ordre. 

"C'est un principe novateur qui allie un produit hyper-simple, l'eau, avec la technologie." — Eric Gauthier

Eric Gauthier vend son eau sur son site Internet sous forme de cure digitale à domicile via une appli mobile, puis dans les pharmacies. L'usine d'embouteillage devrait être prête pour la rentrée de septembre et le chef d'entreprise, aidé de deux collaborateurs pour l'instant, espère embaucher à terme une dizaine de personnes. Il revendique une démarche RSE (responsabilité sociale de l'entreprise) avec un label "entreprise à mission", qui considère que bien commun, environnement et performance économique sont compatibles.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess