Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : analyse des experts-comptables de Poitou-Charentes et Vendée sur la situation économique

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu Poitou

Avec la crise sanitaire du Coronavirus, il y a derrière une crise économique. Après les perfusions financières de l'état, des régions, des départements, ou des agglomérations, certaines entreprises sont sur le fil, au bord du dépôt de bilan. Le plan de relance de l'état est très attendu.

Université d'été des experts-comptables à La Rochelle ( 28 août 2020 )
Université d'été des experts-comptables à La Rochelle ( 28 août 2020 ) © Radio France - Gérald Paris

Près de 200 experts-comptables de Poitou-Charentes et de Vendée étaient vendredi dernier à l'université d'été à l'espace Encan à La Rochelle. Une 25ème édition dans un contexte particulier. Avec la crise sanitaire, la profession a été très sollicitée.

Le conseil régional de l'Ordre des Experts-Comptables Poitou-Charentes Vendée compte sur ses cinq départements 550 experts-comptables, et 75 experts-comptables stagiaires. 4200 salariés, avec plus de 50 000 entreprises pour clientes.

Quelle analyse ont-ils sur la situation économique actuelle ? Nous avons rencontré le président du conseil régional de l'Ordre des Experts-Comptables Poitou-Charentes Vendée, Mikaël Hugonnet. Il a un cabinet à Parthenay dans les Deux-Sèvres. Entretien avec Gérald Paris.

Mikaël Hugonnet est le président de l'ordre des experts comptables de Poitou Charente et de Vendée
Mikaël Hugonnet est le président de l'ordre des experts comptables de Poitou Charente et de Vendée © Radio France - Gérald Paris

France Bleu : votre université d'été se déroule dans un contexte particulier. Avec le Coronavirus, votre profession a été très sollicitée depuis le mois de mars, on l'imagine ?  

Mikaël Hugonnet :

"On a été effectivement très sollicité par nos clients, sur le chômage partiel, sur les aides, sur les différés de paiement de charges fiscales ou sociales, sur les prêts de l'état au niveau bancaire ... voilà, une multitude de travaux qui se sont rajoutées à ceux que l'on avait déjà. Conséquences, les experts-comptables, et l'ensemble de nos salariés de nos cabinets ont été sous pression. De mars à juin, pendant quasiment trois mois et demi, cela a été très très très dur. En juillet, beaucoup de fatigue, et maintenant pas mal d’inquiétudes pour ce qui va se passer dans les prochaines semaines."   

France Bleu : les entreprises étaient en quelque sorte sous perfusion financière avec des aides de l'état, des régions, des départements ou encore des agglomérations, tout semble très fragile maintenant ?

MH : "Exactement. De mars à juillet, il y a eu très peu de dépôt de bilan grâce à ces subventions, un ballon d'oxygène qui a permis de tenir pour certains. Mais maintenant, on est très vigilant. Des sociétés ont pu garder une partie des aides, comme le prêt garanti par l'état, en cas de coup dur pour un peu plus tard, mais en majorité, elles sont déjà utilisées. Des sociétés sur le fil du rasoir aujourd'hui. On parle du "mur" de la dette, avec des échéances qui ont parfois été reportées. Quand vont rencontrer ce mur de la dette les sociétés fragiles ? A la rentrée, en octobre, en fin d'année ? Là on est très attentif. Cela peut bien se passer, çà dépend aussi des annonces du plan de relance de l'état. Mais on peut aussi aller droit vers la catastrophe. Il y aura de toute façon de la "casse", mais l'ampleur aujourd'hui, personne ne peut le prédire." 

France Bleu : dans ce contexte un peu particulier, vous avez tout de même maintenu cette université d'été à La Rochelle ? Vous rassembler physiquement dans un lieu fermé comme l'Encan, ce n'était pas forcément gagné ?

MH : "C'est notre 25ème édition de l'université d'été. On faisait habituellement un challenge voile national à cette période pour les experts-comptables, et là pour des raisons sanitaires, la fédération française de voile ne nous a pas donné le feu vert pour des régates en compétitions. 400 à 500 personnes devaient se réunir à La Rochelle, avec des cocktails, des soirées, et là, cela n'a pas pu se faire. Par contre pour notre assemblée générale à l'Encan, cela s'est dessiné début juillet, avec une autorisation de l'espace Encan. Une université d'été avec environ 200 personnes. Habituellement, on est guère plus, 220 à 230. Mais les mesures sont très strictes. En réunion ou en conférence, tout le monde est masqué, sauf le conférencier. Et pour ceux qui ne pouvaient pas venir, les conférences étaient retransmises sur notre chaîne via You Tube." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess