Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : après le confinement, il est "vital" pour le Parc Zoo du Reynou de réaliser une bonne saison

-
Par , France Bleu Limousin

Dans la nouvelle éco ce mercredi, on s'intéresse au Parc-Zoo du Reynou près de Limoges. Il a rouvert ses portes au public à la mi-mai. Après 7 mois de fermeture, il doit absolument faire une bonne saison d'été pour espérer passer l'hiver.

Le public peut revoir les animaux du Reynou depuis le 19 mai dernier
Le public peut revoir les animaux du Reynou depuis le 19 mai dernier © Radio France - Jérôme Ostermann

Le Parc-Zoo du Reynou au Vigen près de Limoges a rouvert ses portes au public le 19 mai dernier. Et il était grand temps. Les coûts fixes sont énormes alors forcément, il y a une part de soulagement mais aussi beaucoup d'attentes concernant le retour du public. "Nous sommes impatients de revoir des visiteurs dans nos allées. On espère pouvoir rattraper un peu le manque à gagner et le retard que nous avons pris avec ces 7 mois de fermeture" explique le directeur Nicolas Lefrère. 

Entre 60 000 et 70 000 euros de frais fixes par mois

La fréquentation des prochains mois sera même cruciale pour l'avenir du parc. "C'est vital. C'est le problème des activités très saisonnières notamment dans les parcs zoologiques où les frais fixes sont très élevés. Sur le Parc du Reynou, nous sommes entre 60 000 et 70 000 euros par mois. Et on est censé capitaliser sur notre trésorerie pendant l'été pour pouvoir vivre l'hiver. Si les prochains mois ne nous permettent pas d'envisager l'avenir, ce sera très compliqué" ne cache pas le patron du Parc qui espère une fréquentation proche de l'été dernier (12 000 en juillet, environ 15 000 en aout). 

D'abord consolider avant de profiter de l'apport de la BPI

Car ce n'est pas l'arrivée de la Banque Publique d'Investissement au capital en février dernier qui changera la donne. "C'est un programme d'investissement sur le parc. Mais il faut d'abord que les bases soient solides. Cela passe par le quotidien" tempère Nicolas Lefrère. C'est ensuite que l'arrivée de la BPI portera ses fruits pour améliorer le Parc. Cela pourrait concerner la taille de certains enclos même si "le bien être animal ne dépend pas que de cela". Il s'agira aussi et surtout "d'améliorer l'expérience client".

Volonté forte d'améliorer l'expérience client  

L'idée étant d'associer "la haute volonté de bien être animal" du Reynou avec "une expérience la plus poussée" pour les visiteurs. Médiation, disponibilité des collaborateurs, nombre de lodges, mais aussi par "la rénovation de certaines installations un peu obsolètes." Sans oublier le déploiement de nouveaux services comme l'arrivée de véhicules motorisés qui permettrons de découvrir le parc. Une flotte que le responsable des lieux espère voir arriver dès 2022. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess