Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : au Havre, des restaurateurs cherchent des solutions pour s'adapter au couvre-feu

Des restaurateurs du Havre ont monté un collectif afin de trouver des solutions et adapter leur activité au couvre-feu, qui s'applique partout en Seine-Maritime depuis le 24 octobre.

Au Havre, des restaurateurs ont monté un collectif afin de discuter des mesures à prendre pour s'adapter au couvre-feu (illustration).
Au Havre, des restaurateurs ont monté un collectif afin de discuter des mesures à prendre pour s'adapter au couvre-feu (illustration). © Radio France - Thomas Schonheere

Quand ils se sont réunis, ils ont repris les initiales de la ville. "J'LH pas mon resto" ("Je ne lâche pas mon resto") est un collectif monté par une dizaine de restaurateurs du Havre (Seine-Maritime) qui réfléchissent ensemble aux meilleures solutions à mettre en place pour maintenir leur activité, perturbée par le couvre-feu qui s'applique dans le département à partir de 21 h.

"Échanger et trouver des idées"

"L'idée c'est d'avoir un impact le plus faible possible sur le chiffre d'affaires et les emplois", explique Mathieu Octau, responsable du restaurant Les Enfants Sages et membre de ce collectif. Parmi les mesures prises par ces restaurateurs : un service qui commence plus tôt, à 18 h 30, une offre diversifiée avec des planches tapas et des apéritifs dînatoires, ou encore une ouverture des restaurants le dimanche midi.

"Ce collectif il sert à échanger, à trouver des idées, et je pense que chaque restaurateur peut agir plutôt que subir", poursuit Mathieu Octau, invité ce mardi de France Bleu Normandie. Mais si les mesures devenaient plus strictes, avec un couvre-feu par exemple à 19 h ? "On essaierait de trouver d'autres solutions comme de la vente à emporter le soir, mais cela voudrait dire aussi qu'on mettrait une grande partie de l'équipe au chômage partiel, comme pendant le premier confinement", prévient le restaurateur.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess