Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : au Sappey-en-Chartreuse, une PME conçoit des masques écologiques et citoyens

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu Isère accompagne ceux qui font l'économie dans le département. Aujourd’hui gros plan sur l'entreprise DESS créée pendant le confinement. Cette filiale de Valsem Industrie (tissu technique) a permis au groupe de se lancer dans la conception de masques réutilisables.

Valsem Industrie se lance dans la conception de masques réutilisables au Sappey en Chartreuse
Valsem Industrie se lance dans la conception de masques réutilisables au Sappey en Chartreuse - site officiel de l'entreprise https://www.valsem.fr/

C'est l'histoire d'un industriel, habitué à vivre la moitié du temps dans la Silicon Valley en Californie et l'autre moitié au Sappey-en-Chartreuse. Confiné en Isère, il a eu l'idée de créer une entreprise pour concevoir et fabriquer des masques jetables. Jean-François Daviet, le PDG de DESS, filiale de Valsem Industrie, dont il est également le directeur technique, est l'invité de "la nouvelle éco" de France Bleu Isère.

Comment vous est venue l'idée ? 

C’était vraiment un acte militant pour participer à l’effort de guerre. En fait, on revenait juste de Seattle et on a été "pris par surprise" par le confinement.  Du coup ça s’est bien trouvé, si on peut dire, parce qu’on a lancé ce projet sachant que nous, chez Valsem Industrie, nous sommes spécialistes des membranes techniques. Il se trouve qu’on avait de la matière disponible pour faire de grandes quantités de masques donc on s’est dit que certaines matières que nous utilisions pour d'autres productions habituelles, notamment dans l'emballage pharmaceutique, devait être efficace pour pouvoir faire des masques.

S'agit-il de masques réutilisables ? 

Ah oui ! moi je suis en guerre contre les masques jetables, ce sont des masques réutilisables, c’est aussi un acte militant pour l’écologie. On a créé un système dans lequel on peut changer les filtres à l’intérieur, et on peut avoir donc jusqu’à trois fois quatre heures d’utilisation en continu, en changeant les filtres. Ce qui fait qu’un masque produit chez nous est l’équivalent de 300 masques chirurgicaux jetables.

Est-ce que ça vous a permis de limiter la casse par rapport aux autres productions qui était à l’arrêt ?

Pas vraiment, parce que nous avons planifié notre production de masques sur le long terme. Au cours de cette crise, il y a eu beaucoup d’opportunisme chez certains et nous, on ne voulait pas surfer sur la bulle du coronavirus. On voulait vraiment créer quelque chose qui soit innovant sur le long terme et écologique. Donc on n'est pas du tout dans quelque chose qui nous permet de combler les pertes liées au coronavirus. D’autant qu’on les produit dans le cadre d’actions de charité au Burkina Faso et au Mexique.

________________________________________________

France Bleu est à vos côtés après la crise sanitaire et économique. Chaque jour à 7h15 dans "La nouvelle éco", votre radio s'intéresse à une entreprise ou un secteur d'activité. Comment se porte-il ? Comment se projeter dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess