Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La nouvelle éco : comment les ventes de Chablis résistent à la crise du coronavirus

-
Par , France Bleu Auxerre, France Bleu Bourgogne

Comment les vins de Chablis font-ils face à la crise sanitaire et économique ? Qu'attendent-ils du gouvernement ? Jean-François Bordet est notre invité dans "La nouvelle éco". Il est président de la commission Chablis au Bureau Interprofessionnel des vins de Bourgogne.

 Jean-François Bordet, vigneron à Maligny, président de la Commission Chablis au Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne.
Jean-François Bordet, vigneron à Maligny, président de la Commission Chablis au Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne. © Radio France - Sébastien Boulard

La 72e édition de la Fête des vins de Chablis se tient ce week-end. En raison du coronavirus la fête est organisée dans les caveaux. Le coronavirus frappe aussi les ventes de Chablis. Tous les producteurs ne sont pas touchés de la même façon, suivant les circuits de distribution qu'ils utilisent mais ils souhaitent une aide et un soutien plus spécifiques de la part du gouvernement. Ce vendredi matin dans "La nouvelle éco" nous recevons Jean-François Bordet. Il est vigneron à Maligny et président de la commission Chablis au  Bureau Interprofessionnel des Vins de Bourgogne (BIVB).

Est-ce que les ventes de Chablis souffrent encore du contexte sanitaire actuel, neuf mois après le début de l'épidémie  ?  

Effectivement, nous avons eu des problèmes lors des mois de mars, avril et mai. En revanche on a constaté une embellie en juin, juillet, août et septembre, avec des ventes magnifiques. Là, depuis une dizaine de jours, nous entendons auprès des collègues des inquiétudes, avec des pays qui reconfinent plus ou moins et cela redevient un petit peu difficile.

Est-ce que tout les vignerons sont touchés de la même manière ? Il y a ceux qui font de la vente en hypermarchés, ceux qui se tournent plutôt vers les cafés et restaurants ou encore la vente direct. 

C'est une bonne question ! Effectivement, non tout le monde n'est pas touché de la même façon. Ceux qui sont les plus touchés ce sont ceux qui commercialisaient auprès de la restauration. Il y avait aussi les salons, puisqu'il y a pas mal de salons organisés dès les mois d'octobre, novembre, décembre dans les grandes villes de France. Ceux qui vont effectivement sur les plateforme internet vont plutôt bien. Ceux qui vendent à travers la grande distribution vont plutôt bien aussi. 

C'est un autre point important des ventes de Chablis : l'export. La majorité des vins de Chablis est vendu à l'étranger (68% de la production l'an passé). L'exportation concerne principalement le Royaume-Uni et les Etats-Unis, est ce que ces marchés repartent ?

Les pays qui vont actuellement très bien ce sont le Japon, le Canada, l'Australie. L'Angleterre va plutôt assez bien. En ce moment, la plus grosse problématique pour nous ce sont les Etats-Unis. Les ventes ont commencé à fortement ralentir avec la taxe Trump l'an dernier et puis la baisse s'est accentuée depuis le mois de mars. Actuellement, les nouvelles que l'on peut avoir viennent de nos importateurs. Ils sont dans l'expectative, ils attendent de voir si Trump va être réélu ou si ce sera Biden dont pour l'instant les ventes aux Etats-Unis sont plutôt calmes.

Est-ce que  les réponses du gouvernement sont à la hauteur, selon vous, de la crise qui frappe le secteur viticole ? Il y a eu notamment 170 millions d'euros débloqués en mai, puis de nouveau 80 millions d'euros annoncés en août.

Nous, vignerons du Chablisien et la Bourgogne nous ne sommes pas satisfaits. Nous attentions plutôt des aides financières pour aider nos entreprises à être dynamiques sur l'export, pouvoir mener des actions sur l'export et se déplacer pour l'export. C'est sûr que faire des actions sur l'export en ce moment c'est difficile mais en tous cas que l'on puisse les mener dès que l'on pourra de nouveau bouger. Effectivement, c'est impossible de voyager en ce moment et ça par contre c'est La problématique !

Choix de la station

À venir dansDanssecondess