Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : cinq ans après sa création, la coopérative cerdane Cimelait " a gagné son pari

-
Par , France Bleu Roussillon

Créée en 2016 pour valoriser la production laitière de Cerdagne et Capcir, la coopérative Cimelait emploie aujourd'hui sept salariés à Err (Pyrénées-Orientales). L'atelier de fabrication de yaourts a finalement traversé sans trop de casse l'année 2020.

la coopérative Cimelait à Err
la coopérative Cimelait à Err - Google street view

Une petite vache bleue et blanche dessinée devant des sommets enneigés, un ruban sang et or. Aujourd'hui le logo des yaourts Cimelait a trouvé sa place dans les rayons de nombreux magasins des Pyrénées-Orientales, de l'épicerie de village aux hypermarchés. Ce n'était pas gagné il y a cinq ans lors du lancement de la coopérative à Err. "On peut dire qu'on a gagné notre pari" confirme Jean de Maury, le président de Cimelait. 

"Le plus dur dans ce genre d'activité c'est de démarrer en partant de zéro. Aujourd'hui, nous sommes reconnus : que ce soit dans la grande distribution ou dans la restauration collective." 

À l'origine, l'objectif était de valoriser la production laitière de Cerdagne et du Capcir et de permettre une juste rémunération des éleveurs. Sur ce point la situation reste délicate avec un prix du lait toujours trop faible et une bonne partie de leur production écoulée de l'autre côté de la frontière espagnole. 

Cimelait a malgré tout trouvé une forme de stabilité. Une personne supplémentaire a été embauchée l'an dernier malgré la crise sanitaire. "Ça a quand même été compliqué car on réalise un tiers de notre chiffre d'affaire avec la restauration collective" explique Jean de Maury. Quand les établissements scolaires ont fermé, tout s'est arrêté d'un coup. Heureusement que nous avons réalisé par ailleurs de très bons chiffres : ça nous a permis de passer le cap. Aujourd'hui les lycées, collèges, hôpitaux, maisons de retraites nous font toujours confiance. Au final nous sommes relativement satisfaits de l'année écoulée." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess