Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La nouvelle éco : comme les autres autocaristes, l'entreprise Faure Autocars souffre de la crise sanitaire

-
Par , France Bleu Limousin

Dans la nouvelle éco, on s'intéresse ce matin aux autocaristes. On en parle peu depuis le début de la crise sanitaire et pourtant, eux aussi sont touchés de plein fouet. D'ailleurs, certains d'entre eux ont mené une opération escargot ce mercredi en région parisienne.

Malgré la crise, Faure Autocars a inauguré son nouveau dépôt très porté sur le respect de l'environnement à Tulle
Malgré la crise, Faure Autocars a inauguré son nouveau dépôt très porté sur le respect de l'environnement à Tulle - Faure Autocars Tourisme

Si Faure Autocars n'a pas participé à l'opération escargot des autocaristes indépendants ce mercredi en région parisienne pour être plus facilement éligibles aux aides de l'Etat, l'entreprise corrézienne est aussi impactée par la crise sanitaire. "Au niveau du transport scolaire, on a repris une activité normale après le dernier confinement. Mais après, il y a tout ce qui tourne autour du tourisme et du périscolaire. Toute cette activité qui est ponctuelle chez nous et qui a du mal à repartir et qui impacte grandement notre activité" explique sans détour Alban Faure, le directeur.

Des conducteurs se tournent de plus en plus vers d'autres filières

Heureusement pour elle, la société qui vient d'inaugurer son nouveau dépôt (voir photo) a les reins solides. Elle est ancienne et bien installée. Il n'y a pas de risque pour elle de mettre la clé sous la porte. Mais elle souffre quand même, et encore plus ses conducteurs. "Cela engendre des difficultés sociales dans les entreprises. Notamment des problèmes financiers pour des conducteurs qui n'ont plus roulé depuis 1 an et demi. La conséquence, ce sont des conducteurs qui partent en retraite, des conducteurs qui se tournent de plus en plus vers d'autres filières car leurs salaires sont impactés". 

Les remplacer ne sera pas une mince affaire 

Des départs en nombre. Rien que chez Faure Autocars, la direction estime qu'il manquerait près d'une trentaine de conducteurs sur 150 si l'activité reprenait comme avant la crise. "Si il y a à un moment un retour à la normale, sera-t-on à même de répondre à la demande de tous nos clients ? C'est la grande question" s'interroge Alban Faure pour qui ces départs de conducteurs parfois très chevronnés sont tout aussi inquiétants pour la transmission du savoir faire. A ses yeux, c'est un problème central qu'il faudra essayer de résoudre au plus vite quand la crise sera passée. 

Si on parle de volume, c'est très faible

Pour l'instant, la tendance n'est pas à l'optimisme même si le téléphone sonne un peu plus ces derniers jours. "On a des réservations pour l'été mais si on parle de volume, c'est très faible. On a une réelle reprise de la demande sur les derniers jours mais on n'a pas de visibilité sur le fait que cela se confirme de manière opérationnelle. On ne sait pas s'il y aura un reconfinement ou le développement d'un nouveau variant qui pourraient nous amener vers de nouvelles annulations de devis ou de prestations." Une "incapacité à prévoir l'avenir" renforcée par "une appréhension qui est rentrée dans la tête des gens".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess