Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : dans les stations des Alpes, La Folie douce ne danse plus mais s'adapte

Le groupe d'hôtellerie et de restauration "La Folie Douce" possède neuf établissements dans les Alpes. À l'approche de la saison hivernale, le confinement a de quoi faire douter, mais, du côté de la direction, on reste confiant. Surtout, on s'est adapté au protocole sanitaire.

La Folie douce à Val-Thorens
La Folie douce à Val-Thorens © Maxppp - Richard MOUILLAUD

En station, tout le monde se prépare pour être prêt le jour J, autrement dit quand le gouvernement donnera son feu vert pour une ouverture des domaines skiables. En attendant, pas question de rester sans rien faire pour les équipes de la Folie Douce, environ 45 millions de chiffres d'affaire chaque année. L'entreprise familiale possède neuf établissements dans les Alpes, entre les restaurants d'altitude et les hôtels. Connu pour être des lieux de fête, son dirigeant, Artur Reversade, explique comment ses établissements s'adaptent aux contraintes sanitaires. 

France Bleu Pays de Savoie : Quand on parle de La Folie Douce, on pense à la fête, aux gens qui dansent. Cette année, ça ne sera pas forcément possible...

Artur Reversade : En effet, cette année à cause du protocole, il sera compliqué de danser à La Folie Douce. Mais il faut rappeler qu'on développe deux tiers de notre chiffre d'affaire à travers la partie restauration. Cette année, on va donc se focaliser dessus. Sur la partie festive, les artistes seront quand même là avec de la musique. On servira les clients à table et on s'adaptera au nouveau protocole. 

Allez-vous mettre des videurs, des gens qui vont faire respecter les règles ? 

Non, pas du tout. Nos clients ont besoin de passer du bon temps, d'avoir un échappatoire. On va donc détourner cette partie agent de sécurité en ayant des sortes d'arbitres, de mascottes, qui seront des "responsables Covid". Ils pourront se balader avec des cartons jaunes et rouges et dès qu'ils verront des clients qui ne respectent pas les règles, en passant par exemple sur une autre table, on ira les voir et hop ! Le petit carton. Il faut amener de la pédagogie.

Etes-vous quand même inquiet par rapport à ce protocole sanitaire ? Vous allez par exemple devoir diviser par quatre la capacité d'accueil dans vos établissement donc forcément, vous n'aurez pas les mêmes retombées que les autres saisons.

C'est effectivement une catastrophe, mais on se doit de rester très positif. Si on ne garde pas le tempo, c'est la montagne qui va perdre de son attractivité. 

Allez-vous garder les saisonniers avec qui vous travaillez régulièrement ?

On a ce devoir que de les garder avec nous. La Folie Douce, ce sont 700 collaborateurs. On investit énormément dans la formation. C'est très important de continuer à former du personnel pour nos prochaines ouvertures. Je suis certain que cette parenthèse Covid va se refermer et que la saison 2021 sera très bonne. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess