Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

"La nouvelle éco" : confinement puis 24 Heures à huis clos, le trafic aérien chute au Mans

-
Par , France Bleu Maine

Les 24 Heures du Mans représentent 20% du trafic passager de l'aéroport du Mans et 3% de son activité annuelle. La tenue à huis clos de l'épreuve est une difficulté supplémentaire pour l'équipement qui, comme tous les aéroports en France, connaît une année 2020 compliquée sur le plan économique.

L'aéroport du Mans a enregistré plus de 29.000 "mouvements" d'avions en 2019.
L'aéroport du Mans a enregistré plus de 29.000 "mouvements" d'avions en 2019. © Radio France - Alice Kachaner

Pas de ballet aérien, cette fois, pendant les 24 Heures du Mans ! Chaque année, les spectateurs qui se rendent sur le circuit de la Sarthe durant l'épreuve peuvent mesurer, souvent avec étonnement, l'activité intense de l'aéroport durant une semaine. En 2020, ce ne sera pas le cas. La course se déroulant à huis clos les 19 et 20 septembre, les rotations aériennes seront nettement moins nombreuses. "Les 24 Heures du Mans représentent 3% de nos mouvements annuels", relativise Philippe Brunet, directeur général de la Chambre de Commerce et d'Industrie Le Mans - Sarthe qui gère l'équipement. Mais cela correspond à "20% du trafic passagers annuel", précise le responsable. L'aéroport du Mans est avant tout un "aéroport d'affaires", rappelle Philippe Brunet. 

Une année 2020 difficile 

Comme partout en France, l'année 2020 ne sera pas bonne pour l'aéroport du Mans. "Nous avons eu une période de fermeture", rappelle le directeur de la CCI Le Mans - Sarthe (le confinement du printemps, ndlr). "Et nous encaissons la diminution de l'activité économique", ajoute le dirigeant. "L'année sera très difficile. Normalement, dès 2021, nous devrions retrouver une activité conforme à celle des années précédentes", espère Philippe Brunet. Le confinement conjugué à la nette réduction des activités sur le circuit de la Sarthe ralentissent la "bonne dynamique" de l'aéroport du Mans, relève son gestionnaire. "Depuis quatre ans, nous connaissions une croissance de l'activité trafic", détaille Philippe Brunet, chiffres à l'appui : en 2016, l'équipement a enregistré "26.700 mouvements" et, en 2019 : "29.200 mouvements". 

Ecoutez la chronique "La nouvelle éco" de 7h15 sur France Bleu Maine

Choix de la station

À venir dansDanssecondess