Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

La Nouvelle Eco : dans le Vimeu, l'usine de flacons Pariche se modernise malgré la crise

-
Par , France Bleu Picardie

Les établissement Gérard Pariche, de Bouillancourt-en-Sery, dans la Somme est spécialisée dans le dépolissage et le laquage des flacons de parfums de luxe. En 2020, la PME de 110 salariés a perdu 30% de son chiffre d'affaire à cause de la crise du coronavirus mais tente de rebondir.

L'une des chaînes de l'usine Gérard Pariche
L'une des chaînes de l'usine Gérard Pariche © Radio France - François Sauvestre

A cause de la crise sanitaire, la société Pariche, PME de 110 salariés installée depuis quarante ans à Bouillancourt-en-Séry dans la vallée de la Bresle a perdu 30% de son chiffre d'affaire en 2020. il est passé de 13 à 9 millions d'euros. En vitesse de croisière, cent millions de flacons de parfums passent chaque année par les chaînes de l'usine samarienne pour être ensuite vendus aux plus grandes marques comme Guerlain, Chanel ou Dior. 

Bruno Douville, président de la société Pariche
Bruno Douville, président de la société Pariche © Radio France - François Sauvestre

Un marché du luxe qui a donc fondu avec la crise. "25% des ventes de flacons de parfums et de cosmétiques se font dans les duty-free des aéroports", explique Bruno Douville, président de la société Pariche. "Il y a 22 000 points de vente dans le monde pour le luxe, la majorité a été fermée durant  les confinements successifs en Europe, aux Etats-Unis ou en Asie. Je pense qu'on retrouvera notre volume normal de chiffre d'affaire aux alentours de 2023 ou 2024", prévoit le dirigeant. 

La Nouvelle Eco dans l'entreprise Pariche à Bouillancourt en Sery

Malgré ce contexte et ces incertitudes, l'entreprise se modernise et investit, bien aidée par une enveloppe financière débloquée via le plan de relance du gouvernement. Une aide de 520 000 euros indispensable qui permet à l'entreprise picarde de finaliser l'acquisition d'une nouvelle station de traitement des effluents qui coûte plus de 600 000 euros pour remplacer l'ancienne achetée il y a vingt ans et qui est "extrêmement énergivore", explique Bruno Douville. 

Un nouvel outil qui va arriver en avril pour être opérationnel en juin et qui va permettre à l'entreprise de réaliser d'importantes économies en baissant la facture totale d'exploitation. "On va pouvoir se repositionner sur des marchés de dépolissage et de décapage perdus au bénéfice de pays européens low-cost, en l’occurrence la Pologne qui n'a pas les mêmes contraintes économiques et environnementales que nous. Là, je suis en train de travailler en ce moment à récupérer ces marchés en disant aux clients que je peux baisser de 5 à 10% mes prix sur certaines lignes", détaille Bruno Douville. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess