Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : Denis Churin laisse le Marchand de couleurs entre de bonnes mains

-
Par , France Bleu Mayenne

Le Marchand de couleurs de Villaines-la-Juhel (Mayenne) va bientôt changer de patron. Son fondateur et actuel gérant Denis Churin veut passer la main à la fin de l'année. Il ne s'inquiète pas pour la suite de son entreprise, un véritable centre d'apprentissage pour les jeunes de la région.

Denis Churin (à gauche) s'apprête à passer le flambeau à trois de ses collaborateurs, qui ont toute sa confiance
Denis Churin (à gauche) s'apprête à passer le flambeau à trois de ses collaborateurs, qui ont toute sa confiance © Radio France - Nicolas Joly

Denis Churin s'apprête à quitter l'entreprise qu'il a fondée à Villaines-la-Juhel (Mayenne), le Marchand de couleurs. Le patron du magasin de décoration, qui embauche 15 personnes, veut prendre sa retraite fin 2021 et s'apprête à partir l'esprit léger. Il sait que la relève est à la hauteur de la tâche : "La culture de l'entreprise restera, puisque c'est trois de mes collaborateurs qui la reprennent".

La culture de son entreprise, il la résume en deux mots : "Courage et honnêteté". Des valeurs que Denis Churin s'est attaché à transmettre aux nombreux apprentis qu'il a accueilli au Marchand de couleurs. Alors que plusieurs entreprises regrettent d'avoir du mal à trouver de la main d'œuvre, Denis Churin préfère donner leur chance aux jeunes, en leur confiant de vraies responsabilités. "Ils sont là pour apprendre un métier, ils ne sont pas là pour boucher un trou et faire des économies, c'est un métier et c'est ça qui est important."

Il ne peine pas pour trouver des candidats à l'apprentissage. Ce succès, il le doit à plusieurs méthodes : "avoir une renommée, une identité, et puis deuxièmement qu'on ne dénigre surtout pas l'apprentissage". Il faut, selon lui, "le mette en valeur", car c'est "une source d'emplois" pour l'avenir. Mais bien sûr, tout n'est pas facile non plus, car "c'est compliqué de former, mais c'est surtout compliqué de créer une équipe et de trouver des hommes", affirme le futur retraité.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess