Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco : du chanvre des Deux-Sèvres utilisé pour l'isolation d'un lycée

-
Par , France Bleu Poitou

Chanvre Mellois, à Melleran dans les Deux-Sèvres, a reçu le feu vert du conseil scientifique et technique du bâtiment pour l'utilisation de chanvre en vrac sur un chantier. Une première en France.

Du chanvre isole désormais la toiture du lycée agricole de l'Oisellerie à La Couronne, en Charente
Du chanvre isole désormais la toiture du lycée agricole de l'Oisellerie à La Couronne, en Charente - Photo Région Nouvelle-Aquitaine (DR)

A La Couronne en Charente, le toit du lycée agricole de l'Oisellerie est désormais isolé avec du chanvre. Pour la première fois en France, une entreprise a reçu le feu vert du centre scientifique et technique du bâtiment pour l'utilisation de chanvre en vrac sur un chantier de rénovation thermique. Cette entreprise est deux-sévrienne, il s'agit de Chanvre Mellois à Melleran.

Créée en 2005, Chanvre Mellois emploie une dizaine de personnes. La société cultive, transforme, et commercialise cette plante, à ne pas confondre avec celle qui donne le cannabis. "Il a la même couleur, la même texture, la même odeur mais nous c'est du chanvre textile. On doit acheter des semences certifiées avec un taux de THC inférieure à 0,2%", précise Hubert Rinaldi, le co-gérant. 

Une certification compliquée

Le chanvre peut donc servir d'isolant. "L'avantage c'est que c'est un matériau renouvelable, le jour où il faut démolir ça se recycle en passant au compost. Et ça régule l'humidité", indique Hubert Rinaldi. 

Mais depuis quelques années, les isolants doivent être certifiés. Une procédure longue pour Chanvre Mellois, quatre ans. "Heureusement que la Région nous a soutenu jusqu'au bout parce que nous on est tout petit. Pour faire certifier un matériau naturel ça coûte beaucoup d'argent", explique le chef d'entreprise. Le feu vert obtenu n'est qu'une première étape. "Cette évaluation technique n'est valable que sur ce chantier mais cela ouvre des portes pour des évaluations techniques plus générales qui permettront à la filière de se développer", explique Cécile Varache, chargée de mission en énergie/environnement à la direction de la construction de la Région Nouvelle-Aquitaine.

"Depuis dix ans on nous dit qu'il faut utiliser des matériaux naturels et en même temps il faut certifier les matériaux. Indirectement on met des bâtons dans les roues", regrette Hubert Rinaldi.

Du chanvre aussi dans l'alimentation ou des produits bien-être

Chanvre Mellois développe d'autres débouchés comme l'alimentation. La plante peut servir pour des huiles, des farines, des graines. Il y a même "du chocolat au chanvre", glisse Hubert Rinaldi. Le bien-être est également un nouveau marché. Le co-gérant de la société de Melleran croit aussi beaucoup au cellulose. "Aujourd'hui, les fils de nos vêtements sont faits à base de pétrole mais demain il va falloir trouver d'autres solutions. Pareil pour tout ce qui est thermoformage. Les tableaux de bord, les pare-chocs de voiture par exemple".  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess