Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco : comment le coronavirus bouleverse l’économie

La nouvelle éco en Dordogne : l'Atelier des maraîchers évite le gaspillage de 50 tonnes de fruits et légumes

-
Par , France Bleu Périgord

L'Atelier des Maraîchers à Bergerac lutte contre le gaspillage de fruits et légumes qui ne sont pas calibrés pour la vente. L'Atelier les transforme en soupes, confitures ou tartinades avant de les remettre aux producteurs locaux ou bio.

L'Atelier des maraîchers est installé à l'Escat à Bergerac
L'Atelier des maraîchers est installé à l'Escat à Bergerac - L'Atelier des maraîchers

Pour lutter contre le gaspillage de légumes et de fruits, Sandrine et Benjamin Houtin ont lancé leur entreprise "l'Atelier des maraîchers" à Bergerac en janvier dernier. La production de conserves a débuté en juin dernier sur le site de l'Escat à Bergerac. L'année dernière, 50 tonnes de fruits et légumes ont été transformés. 

Pendant le confinement, les consommateurs se sont tournés vers les produits locaux. Une tendance qui s'est vérifiée à l'Atelier des maraîchers. "On a travaillé tout le temps, explique Benjamin Houtin, il y avait pas mal d'attente de la part du public donc on a fait ce que l'on a prévu". 

Benjamin Houtin, co-gérant de l'Atelier des maraîchers à Bergerac

10 à 15% des fruits et légumes ne sont pas "calibrés" pour la vente

Le couple propose un service à tous les producteurs bio ou locaux qui se retrouvent avec des fruits et des légumes invendables car ils ne sont pas calibrés pour la commercialisation. "Cela représente environ 10 à 15% de chaque production", détaille Benjamin Houtin. Pour éviter que ces fruits ou légumes finissent à la poubelle, le couple les cuisine et les transforme en conserves, confitures, soupes et tartinades. Ils sont aidés pendant la période estivale par trois saisonniers. 

Une source de revenu pendant l'hiver

Le producteur repart ensuite avec ses conserves (huit tailles différentes), ses bouteilles de soupes ou ses pots de confitures étiquetées et détaillées avec les valeurs nutritionnelles pour pouvoir les vendre directement. Selon Benjamin Houtin, cela leur permet d'avoir des produits à vendre pendant l'hiver "là où le chiffre d'affaires est moindre mais aussi de développer une autre gamme". 

Actuellement, l'atelier des maraîchers travaille avec plus de 80 producteurs principalement de Dordogne mais aussi de Nouvelle-Aquitaine, Gironde ou encore Charente-Maritime et Lot. 

Un objectif de développement dans les écoles et les crèches

L'atelier des maraîchers souhaite se développer dans les écoles et les crèches et proposer des produits bio et locaux. "Aujourd'hui, les cantines ont du mal à s'approvisionner en produits de conserves bio" affirme Benjamin Houtin "et nous nous sommes ne capacité de proposer ce genre de produits". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess